Les 3 Dimensions du Yoga

On peut comme évoqué précédemment pratiquer le Yoga pour son coté « bien être » sans mesurer forcément son aspect spirituel. (voir : Yoga, les Salutations au Soleil). En sanskrit Yoga signifie « lien ». La Bhagavad Gītā et les Upaniṣad succèdent aux Yoga Sūtras, et constituent à eux trois les écrits fondateurs du Yoga. Ces textes sacrés sont issus de la doctrine védique fondement du Brahmanisme et de l’Hindouisme, la plus vieille religion du monde.

La Trimūrti est la partie manifestée de la divinité suprême qui se fait triple pour présider aux différents états de l’univers.

Le Yoga crée donc le « lien » entre l’organisme (corps physique), les émotions (le mental) et l’esprit (l’âme). Notre corps devient plus souple dans la pratique, et notre conscience s’élargit dans le même temps. On retrouve dans le yoga, des composantes ésotériques qui interagissent sur les 3 niveaux de l’Etre, spécialement sur les émotions et l’esprit.


Les Mantras


 Ce terme sanskrit signifie délibération, formule mystique ou outil de l’esprit.[wikipedia.org]

Le mantra se chante, s’énonce ou s’intériorise. Comme toutes prières, il peut être intime ou collectif. Il entretient un rapport étroit avec les figures de la mythologie hindouiste et bouddhiste. Par la répétition du mantra, le méditant bénéficie des qualités de la divinité qui lui est associée. La méditation avec mantra, comme le yoga, trouve ses origines dans la tradition védique qui a précédé le bouddhisme. A ces origines le mantra était vraisemblablement utilisé comme incantation pour s’attirer les faveurs des Dieux. L’un des pouvoir merveilleux des Siddha (voir Siddhi) s’obtient par l’énonciation d’un mantra dans des conditions bien spécifiques.

‘Il existe certains mots sacrés appelés mantra, qui, répétés dans des conditions appropriées, ont la capacité de procurer ces pouvoirs extraordinaires. Nous vivons entourés de tant de miracles, jour et nuit, sans que nous y pensions. Il n’y a pas de limite au pouvoir de l’homme, au pouvoir des mots et au pouvoir de l’esprit’.
Swami Vivekananda, disciple de Ramakrishna.


Les Bijas


Ce terme sanskrit signifie semences, germes. [wikipedia.org]

Le Bija est la puissance du verbe. La vibration primordiale qui est à l’origine de la Création. Ce sont des sons monocyllabique, véritable graine génératrice de pouvoir inscrite dans la conscience collective sous forme archétypale. Om est le bija le plus connu, il est dit pranava soit celui qui contient tous les autres Bija.

On retrouve 6 bijas associés aux 6 premiers chakras. Dans la pratique méditative, l’emploi du bija permet d’ouvrir et équilibrer le centre énergétique associé.

LAM – VAM – RAM – YAM – HAM – AUM


Les Mudras


La Mudrā est un terme sanskrit qui signifie « signe » ou « sceau » [wikipedia.org]

En yoga, elles sont la prolongation et la terminaison de la posture (asana). C’est le langage du geste. La mudra traduit un état de conscience ou fait appel à un processus à l’intérieur de la conscience. Ce geste conscient (à la différence des gestes ordinaires) fait naitre en nous des sensations particulières d’ordre physique, émotionnelles voire même spirituelles.

Certaines mudras détendent, d’autres offrent du tonus, de la concentration ou protègent. Il n’existe pas moins de 50 mudras que l’on peut recenser sur les statues de Bouddha ou des divinités de l’Hindouisme.

Les mudras peuvent être effectuées avec une seule main, avec les 2 mains dans un geste identique ou encore avec 2 mudras différentes. Les combinaisons sont nombreuses. Certaines font référence aux 4 éléments de la Nature. Comme dans toutes les traditions, les gestes de la main sont essentiels dans l’exécution des rituels lors des cérémonies mystiques.

Comme les mantras, les mudras font appel à toute la puissance symbolique des archétypes de notre conscience.

Hasta Mudras : Gestes des Mains


Les Yantras


Le Yantra est un support graphique issu de la tradition hindoue, puis emprunté par le bouddhisme, (on parle alors de mandalas), et le taoïsme. [wikipedia.org]

Le Yantra est une représentation métaphysique de l’Univers. C’est une forme révélée par la méditation, souvent impossible à dessiner s’il n’a pas été suggéré dans un état de conscience élargit. C’est le support graphique aux visualisations créatrices qui accompagne certaines méditations comme la méditation shri yantra. Cette pratique s’associe également aux postures, bijas, mantras et mudras.

La méditation Shri Yantra consiste à énoncer les Bija correspondants aux 6 premiers chakras et en se concentrant sur un cercle de triangle donnée. On commence par le cercle du centre (jaune) puis on passe au cercle de triangle voisin (vert). En posture assise on place également la mudra correspondante au chakra pendant la vibration du bija.


L’éveil de la Kundalini


Le yoga devient clairement une discipline spirituelle quand il s’agit d’éveiller la kundalini. La sagesse indienne la représente comme un serpent lové dans Muladhara qu’il faut réveiller et faire remonter le long de la colonne vertébrale par les 2 canaux appelés nadis (Ida et Pingala).

Le serpent doit traverser les 6 premiers chakra pour ouvrir Sahasrara, le chakra de la fontanelle situé au sommet du crâne. De là, née une énergie formidable que l’on peut comparer à L’Eveil ou au voyage astral.

La caducéus symbole des pharmaciens et de Thot-Hermès-Mercure, représente la kundalini.

Par des exercices méditatifs, des visualisations, le contrôle du pranayana, l’exécution de bandhas, on fait remonter le serpent par les nadis aux travers des 6 premiers chakras, pour ouvrir Sahasrara, le chakra couronne et atteindre un état de conscience total. On parle alors de samādhi : un état de conscience qui perce le voile de Māyā, la déesse qui crée et nous maintient dans l’illusion de la dualité de l’Univers.


Siddhi : Les pouvoirs magiques du Yoga


Siddhi (devanāgarī: ) est un terme sanskrit qui signifie « accomplissement », « perfection » ou encore « succès ». Dans le yoga, celui-ci désigne un pouvoir surnaturel. [wikipedia.org]

Le 1er grand pouvoir magique du yogi vient avec l’éveil de la Kundalini. Chaque individu qui atteint ce stade de l’Illumination voit sa vie profondément changer. C’est l’expérience de la vie humaine qui vous rapproche le plus du plan divin et de sa création. Le yoga procure des bienfaits à quiconque le pratique. Les meilleurs disciples de cette philosophie, après avoir éveillé la kundalini, ont atteint un tel niveau de sagesse et de pureté qu’ils vont acquérir naturellement de merveilleux pouvoirs. Patanjali mentionne dans les Yoga Sutra huit siddhi majeurs qui sont :

  • aṇimā : revêtir une forme infime ou réduire le corps en atomes des plus ténus ;
  • laghimā : devenir aussi léger qu’une plume ;
  • mahimā : devenir immense ;
  • prāpti : supraperception et capacité d’obtenir ce que l’on veut ;
  • prākāmya : accomplir toute chose ;
  • vaśitva : volonté irrésistible ;
  • īśitva : suprématie divine ;
  • kāmāvasāyitā : le pouvoir de subjuguer ses passions.

En outre, les Yogasūtra décrivent également six siddhi secondaires :

  • prātibha : clairvoyance ;
  • śrāvaṇa : capacité d’entendre les sons divins ;
  • vedana : capacité de ressentir les attouchements divins ;
  • ādarśa : capacité de percevoir les formes divines ;
  • āsvāda : capacité de goûter la divine saveur ;
  • vārttā : capacité de sentir le divin parfum.

Enfin, Patañjali introduit cinq sortes de siddhi apparaissant selon cinq sortes de conditions qui sont :

  • janmaja : le pouvoir né de la naissance ou de la venue au monde ;
  • auṣadhi : le pouvoir né des plantes ;
  • mantraja : le pouvoir né du mantra ;
  • tapaja : le pouvoir né des tapas ;
  • samādhija : le pouvoir né du samādhi.

Toutes les écoles de yoga en France proposent une séance d’essai gratuite. J’invite ainsi chaque lecteur à tenter l’expérience.

NAMASTE

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *