Incubes & Succubes

Au fil des siècles, de nombreux témoignages ont été signalés et une quantité impressionnante d’ouvrages leur ont été consacrés. Selon le dictionnaire Quillet, l’incube est « un démon mâle qui est censé prendre un corps pour abuser d’une femme endormie ou transportée au cours du sabbat ».

Marc-Antoine Raimondi, Sur le chemin du Sabbat. 1520.

Le terme incube apparaît vers 1372. Il dérive du latin classique inc- « sur », et -cibare, « coucher », donc : « couché sur ». Son pendant féminin est le succube (concubine en latin). Le succube est le démon qui se couche dessous. Au sens strict, l’incube est donc d’origine latine, mais le terme est entré dans l’usage avec les écrits ecclésiastiques du Moyen-âge pour signifier l’hérésie du commerce sexuel avec le diable.

Au sujet du sexe des incubes et des succubes : il s’agirait en fait d’une entité démoniaque ayant la possibilité de changer de sexe en fonction de celui de sa victime. Un même démon donc, asexué à la base, car inhumain, qui pouvait devenir incube pour coucher avec une femme et succube pour coucher avec un homme.

Les mythes impliquant incubes et succubes sont très fortement connotés sexuellement, on retrouve de nombreux récits d’attaques d’incubes et de succubes dans les légendes médiévales, des récits teintés d’une ambivalence à l’égard des sentiments de la victime : parfois plaisants, ils peuvent se transformer en cauchemar…

Selon les témoins, le démon serait tantôt glacé tantôt intensément chaud et dans la grande majorité des cas, le plaisir et la souffrance procurés par cet acte sexuel entre un démon et un mortel sont qualifiés d’intenses.


Démons nocturnes


Johann Heinrich Füssli, Le Cauchemar. 1781

Les incubes et les succubes se manifestent habituellement la nuit, ils se nourrissent de la victime endormie, même si, dans certains cas, des femmes sont agressées sexuellement alors qu’elles sont complètement réveillées. Une femme endormie qui subit une agression sexuelle d’un incube reste inconsciente, même pour l’expérience s’assimile à un rêve. Le fruit de ces étreintes est en général un enfant aux allures normales, mais qui possèdent des pouvoirs surnaturels (changelin).

Un succube est un démon qui séduit les hommes. Dans le folklore de l’Europe médiévale, les démons femelles qui visitent les hommes dans leur sommeil afin de coucher avec eux ne sont pas rares (les fées et les sorcières entrent dans cette catégorie).


Des origines mythiques


Les légendes médiévales ont probablement leurs origines dans les mythes antiques. Ainsi dans le Bible, Lilith est la première femme d’Adam, mais pas seulement… Elle est considérée par certains comme le premier succube ; selon d’autres exégètes, Lilith surpasse rapidement les succubes, servantes attitrées de Lucifer, sans en être une elle-même. Elle porte parfois le titre de « Première démone », la préférée de Lucifer. Mais, l’épouse de Lucifer, Grande maîtresse des servantes appelée succube n’a par contre aucune autorité sur les démons mâles (beaucoup plus nombreux).

Dès l’Antiquité, le cauchemar fût assimilé des figures démoniaques.  Dans la mythologie grecque, l’ « Empousa » (Έμπουσα) est une créature démoniaque femelle. Pour Aristophane, c’est la gardienne des Enfers : associée au cortège d’Hécate, elle peut prendre l’apparence d’une belle jeune femme pour séduire les jeunes hommes et les dévorer.

La figure de l’incube est désigné sous le terme d’ « Ephialtès » (Ἐφιάλτης). Thémison de Laodicée parle ainsi d’un démon « étouffeur », conception reprise par de nombreux autres médecins antiques mais aussi par les dramaturges. L’incube est étroitement lié (chez les Grecs) à la notion de « sommeil du Temple » ou « incubatio » qui consistait en l’union d’un Dieu et d’un(e) mortel(le), notamment dans le cadre du traitement de la stérilité. Toutefois, dans la mythologie grecque, l’incube, souvent un dieu, passe aussi pour avoir engendré des hommes célèbres.

« Remarquons seulement que les dieux se déguisaient fort souvent pour venir à bout de nos filles, tantôt en aigle, tantôt en pigeon ou en cygne, ou pluie d’or mais les déesses ne se déguisaient jamais ; elles n’avaient qu’à se montrer pour plaire. » Voltaire in Dictionnaire philosophique.


Attaques charnelles


Les attaques par un incube / succube varient : elles peuvent être sensuelles et douces comme elles peuvent tourner au viol. Les victimes ressentent généralement la présence d’une entité située au-dessus d’eux, et qui les oppressent,rendant leur respiration difficile. Dans les cas extrêmes, l’individu peut se sentir étouffé voire étranglé.

D’autres personnes affirment avoir vu des spectres horribles : des formes sombres ou noires, des serpents à taille humaine, des entités démoniaques indescriptibles. Rares sont les témoignages où la victime déclare avoir vu distinctement le sourire et le visage de l’incube / succube. Lors d’une attaques, la victime est incapable de parler, de crier, de respirer, de sentir (ou parfois d’entendre).

« À partir de quels symptômes peut-on repérer celui qui est tourmenté par un incube ? À partir du mouvement difficile du corps ainsi que de la torpeur, d’un sommeil aussi anormalement lourd, d’une sensation d’accablement qui l’oppresse, de sorte qu’il se sent suffoquer quand il dort ou qu’il pense que quelqu’un l’a assailli qui, en oppressant son corps, s’efforce de le faire s’évanouir par étouffement. » Michel Psellos.


Explications mythocritiques


De nombreux historiens admettent volontiers que ces légendes aient des causes et des origines plausibles. Si l’on considère l’oppression morale exercée par les clergés et les églises, en particulier dans le domaine de la sexualité, il n’est pas étonnant de voir surgir des créatures qui fassent fi de toute règle. Incubes et succubes sont dès lors à considérer comme des projections des désirs refoulés.

D’autres analyses insistent sur l’ignorance des peuples en matière de sexualité, avec comme seul guide la « sagesse » des prêtres, essentiellement fondée sur la superstition qui est en fait un des instruments de contrôle social les plus puissants qui soient. Il était donc inévitable que des personnes sensibles fassent des cauchemars impliquant leurs pulsions sexuelles refoulées et d’invoquer ensuite une agression surnaturelle pour se justifier.

Rappelons que durant l’Inquisition, nombre de femmes ont été torturées et brûlées car accusées d’avoir eu des relations sexuelles avec les démons…

Pour en savoir plus : Wikipédia Incube | Wikipédia Succube

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *