Notre Soeur, la Lune

Cette année 2011 fut assez étrange… comme teintée d’un fatalisme nourri et attisé par les catastrophes et la situation économique globale. C’est ce terreau fertile qui fut propice à l’éclosion de vieux mythes que l’on croyait dès lors perdu. Des auteurs et des groupes de toutes sorte, utilisèrent l’extrême puissance médiatique d’internet pour véhiculer des idées et des concepts erronées.

Nous avions pour les mêmes raisons publié le mythe de cette fameuse planète X qui provoquerait notre apocalypse fin 2012. L’idée d’une planète heurtant la terre n’est pourtant pas nouvelle. Elle fut introduite dès 1946, par Reginald A. Daly (Professeur de Géologie d’Harvard), qui y voyait la meilleure théorie au sujet de la création de la Lune.

Encore aujourd’hui, l’origine et l’influence de la Lune sur notre planète sont mal connues. Elle conserve une bonne part de mystère que nous allons tenter d’éclairer un peu.

Des Dieux parmi les étoiles

Le fait que la Terre possède un satellite naturel n’a rien d’étrange en soit. Rappelons que notre système solaire en possède 166 autour de ses différents planètes. Ce qui est unique, c’est le rapport de taille entre la Terre et la Lune. Son diamètre est à peu près 1/4 de celui de notre planète, alors que pour la lune de Mars, il est d’1/300. Ses valeurs vont jusqu’à 1/1000 pour les lunes des géantes gazeuses.

Comparaison à l'échelle de taille entre la Terre et la Lune

Pourquoi parler d’astronomie et d’astrophysique sur un blog à tendance ésotérique ? Tout simplement parce que l’Humanité depuis sa naissance à les yeux tournés vers le Ciel. C’est dans ce manège céleste que l’Homme a en premier recherché ces Dieux.

Il a peuplé le Ciel d’un cortège de créatures et d’êtres fabuleux, et petit à petit, finit par les nommer et les organiser, leur donnant ainsi la Vie. Ce fut les premiers pas de l’Astrologie et de l’Alchimie.

« Ce qui est en bas, est comme ce qui est en haut; et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas » Hermès Trismégiste – Table d’émeraude

Comme vu précédemment, cette Lune est bien étrange de part sa taille, mais sa position l’est tout autant. En effet, vue de la Terre, son diamètre apparent est presque identique à celui du Soleil. C’est ce qui explique les deux types d’éclipses que nous pouvons observer.

Et finalement, c’est peut être son synchronisme qui a le plus fait fantasmer les scientifiques du XVIIIe et XIXe siècles. Car en nous présentant toujours quasiment la même face, les théories les plus folles ont pu être émises sur sa face cachée. Tous ses particularités font de la Lune, un satellite naturel qui ne peut avoir été créée à partir d’un modèle classique d’astrophysique.

La théorie de l'Impact planétaire

Pour répondre à cela, la théorie de l’Impact planétaire fut remise au goût du jour avec le retour des missions Apollo en 1975. Ainsi, il y a 4,6 milliards d’années, la Terre aurait été percutée tangentiellement par une planète de la taille de Mars (nommée Théia), projetant dans l’espace des fragments de la planète et du manteau externe de la Terre. Ces débris se seraient dispersés en un anneau en orbite autour de la Terre puis se seraient agglomérés progressivement, formant la Lune.

Ce nom même de Théia provient de la mythologie grecque : Théia était une titanide qui donna naissance à Séléné, déesse de la Lune, et sœur d’Hélios (le Soleil) et d’Éos (l’Aurore). La Boucle est alors bouclée, et même au XXIe siècle, la mythologie continue encore d’expliciter la cosmogonie.

Un Couple Céleste

De notre point de vue, la Lune est l’astre du Ciel le plus actif et le plus facilement observable. Son rôle est capital car c’est aussi le seul luminaire que l’on peut observer jour et nuit. Les civilisations gréco-romaine, celte et chinoise la voit comme un principe féminin, tandis que pour d’autres grandes mythologies antiques (Égypte, Mésopotamie, Japon, Nord), la Lune est un principe masculin.

« Regarde la beauté du croissant qui, venant de paraître, déchire de ses rayons de lumière les ténèbres. Comme une faucille d’argent qui, parmi les fleurs brillant dans l’obscurité, moissonne des narcisses. » Ibn al-Mottaz

Les premiers calendriers furent lunaires par facilité mathématique (29 jours contre 365) et parce que son influence était immédiatement observable sur certaines activités vitales : l’Agriculture et la Pêche. Il est bien sur évident que le cycle de la vie végétale est soumis aux saisons ; ces quatre saisons qui sont le résultat de notre translation autour du Soleil.

Origine du symbole triple : Cercle / Croissant ou Corne

Si le Soleil représente globalement l’Énergie créatrice, la Lune à de tous temps été associée au Temps et au Destin. En Europe, on y voit le symbole absolu de la Fécondité, son cycle correspondant à la menstruation. Mais partout, elle fût décrite comme une déesse triple (ou un dieu) apportant la Naissance, la Croissance puis la Mort. Ses trois visages se voient personnifié sous les traits des Parques (les Moires, les Nornes), les fileuses mesurant la vie des hommes et déterminant son destin.

Le Védisme (Hindouisme primitif) résume les choses de façon métaphorique. Il nous enseigne que Soma est une pluie magique provenant de la Lune. Elle provoque la croissance des plantes et procure la nourriture aux humains et aux animaux. Chez les êtres de sexe masculin, les sucs végétaux sont transformés en semence; chez ceux de sexe féminin, ils sont transformés en lait. Au décès, ce principe vital retourne dans la lune et, quand celle-ci croît, Soma y afflue comme dans une coupe. Soma constitue alors le breuvage d’immortalité que les Dieux boivent chaque mois. Son symbolisme global est ainsi évoqué : Eau, Fertilité, Croissance, Mort, Vitalité.

Pour saisir pleinement le poids de Lune sur la philosophie et la psychologie, il suffit de constater que tous les calendriers rituels et religieux des premiers temps furent lunaires. Des religions païennes indo-européennes jusqu’au Shintoïsme japonnais, sans oublier les trois grandes religions abrahamiques (Judaïsme, Islam, Christianisme). A lire à ce sujet, notre article : Liturgie et fêtes païennes.

L’Influence de la Lune ?

Du Grec Mênê qui deviendra Mensis en Latin. La Lune finit par s’appeler Luna (toujours en Latin) car son lien était trop fort avec le principe féminin (jugé alors néfaste). Mais cette étymologie nous as laissé quelques termes intéressant : Metiri (Mesurer), Mensis (Mois, Menstruation), Luna Dies (Lundi) et les termes Lucide (éclairé) et Lunatique (changeant).

« Il était tard ; ainsi qu’une médaille neuve La pleine lune s’étalait, Et la solennité de la nuit, comme un fleuve Sur Paris dormant ruisselait. » Charles Baudelaire

La Lune aurait-elle une influence sur le comportement des Hommes ? et plus particulièrement des femmes ? Pour sortir des « On dit », il suffit de consulter les études statistiques sur le sujet :

  • On prête à la Pleine Lune le pouvoir d’exacerber la violence, néanmoins le nombre d’admissions aux urgences des hôpitaux les nuits en question reste le même (Ann Emerg Med, juillet 1989 ; vol. 18 : 763-765.).
  • On dit aussi qu’elle augmente le Stress et provoque l’Hystérie chez les femmes. Des études récentes en milieu psychiatrique et hospitalier n’ont rien montrés de significatif (BMC Psychiatry, 2003 ; vol. 3 : p. 20. & J Psychiatr Nurs Ment Health Serv, mai 1979 ; vol. 17 : vol. 33-36.).
  • Il y aurait aussi plus de suicides les soirs de Pleine Lune, toutefois encore une fois, aucun rapport statistiques ne confirme la chose (Int J Soc Psychiatry, 1997 ; vol. 43 : p. 29-34. & Encéphale, décembre 1996 ; vol. 22 : p. 52-57.)
  • Toutes les mères le savent, il y a plus de naissances les soirs de Pleine Lune. Les Sages-femmes et gynécologues vous diront cependant l’inverse et à raison. Avec la dernière étude en date (Am J Obstet Gynecol, mai 2005 ; vol. 192 : p. 1462-1464.), les chercheurs ont recensés toutes les naissances survenues en Caroline du Nord sur quatre ans (entre 1997 et 2001), soit plus de 500 000 accouchements. Résultat : ils ont trouvé un nombre identique de naissances lors des différentes phases du cycle lunaire. De même, il n’y a pas plus de césariennes ou de naissances gémellaires les soirs de pleine lune.

Distance et Tailles Terre-Lune à l'échelle. Chaque pixel représente 720 km

Si la Lune n’exerce pas d’influences quantifiables sur le genre humain, qu’en est-il pour le reste du monde vivant ? La logique de cette influence est basée sur le principe hermétique de l’Analogie. Ainsi l’effet gravitationnel de notre satellite influe sur tous les fluides terrestres, comme par exemple sur l’Eau avec les Marées et l’Air avec les Vents. C’est pour cette raison que les cycles lunaires furent utilisés pour régler les activités agricoles, la chasse et la pêche.

  1. Le Clair de Lune apporte à l’Homme et aux animaux sauvages une meilleure vision la Nuit. Certains animaux nyctalopes comme les Félins et les loups et quelques oiseaux (Chouettes, Hiboux…) profitent bien sûr de ce moment pour chasser plus efficacement d’autres animaux qui se croyaient en sécurité.
  2. Depuis longtemps, les pêcheurs ont remarqués que les prises les plus favorables s’effectuaient à marée haute. Mais ce n’est qu’en 1926 que John Alden Knight (un pêcheur sportif Américain), écrivit sa théorie sur l’influence de la Lune et du Soleil. Son calendrier dont vous trouverez un exemple très simplifié ci-dessous expose des jours fastes et néfastes pour la Pêche.

Ce sont les deux jours avant la Pleine Lune et la Nouvelle Lune qui sont les plus prolifique.

3. Dans le domaine de l’agriculture, il existe une erreur grossière persistant depuis le bas Moyen-Age. Il est courant de lire qu’il faut abattre les arbres et s’occuper de son potager ou de son jardin en suivant le cycle lunaire. Ceci est tout à fait vrai mais très mal interprété.

Ainsi il convient de procéder à la coupe en Lune descendante (pour les feuillus) et en saison de repos végétatif de l’espèce, c’est-à-dire en général l’hiver en climat atlantique, en février-mars ou parfois en août-septembre en zone méditerranéenne. Pendant cette période les arbres sont hors sève, ce qui diminue la prolifération des champignons et insectes, tout en favorisant sa stabilisation/conservation ultérieure. Lorsque la sève protège le bois (cas des résineux), il faut au contraire couper le bois en sève, c’est-à-dire en Lune montante et en saison de croissance.

J-B. La Quintinie, Potager du Roi.

Comme l’a souligné Jean-Baptiste de La Quintinie (Jardinier et Agronome de Louis XIV), il y a plus de 300 ans, il ne faut pas confondre « lune descendante » qui concerne la baisse de la lune par rapport à l’horizon (position « au-dessous » de l’orbite du soleil) et « lune décroissante » qui définie la phase de lune allant de la pleine lune à la nouvelle lune. Et inversement « lune montante » (position « au-dessus » de l’orbite du soleil ») et « lune croissante » qui concerne la phase de lune allant de la nouvelle lune à la pleine lune.

Il nous explique aussi dans le chapitre 22 de ses réflexions (Instruction pour les jardins fruitiers et potagers 1690) qu’il n’a jamais constaté d’influences des phases de la Lune (à proprement parlé), sur la germination ou la croissance des plantes, légumes et fruits. Le Retour de Sève serait donc un mythe.

Toujours à propos du Jardinage, actuellement, un certain nombre d’ouvrages mettent en avant l’importance de lumière lunaire pour la photosynthèse des plantes. Nous allons juste rappeler que lors d’une nuit de Pleine Lune, la lumière réfléchie est 75 000 fois moindre que celle provenant directement du Soleil. Ainsi une nuit complète apporterait moins de lumière qu’un quart de seconde de plein soleil. C’est surement pour cette raison qu’un certain nombre de plantes (fougères par ex.) et de fleurs (oxalis par ex.) se ferment ou se replient sur elle-même pendant la nuit (Phénomène de Nyctinastie). Elles se mettent ainsi à l’abri du froid et de la rosée qui empêcherait la dissémination du pollen.

Un Mystère bien visible

Notre Lune reste bien mystérieuse, nous n’avons que des théories à son sujet. Ce qui est pour le moins paradoxale étant donné qu’elle est l’objet céleste le plus facilement observable et le plus proche de nous. Que nous restes t’il à découvrir ? Comment interpréter le formidable hasard qui l’a placée si proche de nous. La Lune nous souri chaque soir, et nous montres qu’il y a autre chose à découvrir sur son origine et sur notre origine.

Au commencement, elle fut décrite comme une coupe, un miroir d’argent, qui déverserait sur nous sa lumière et ses pluies revitalisantes. Puis les Hommes se sont perdus dans ses reliefs en y voyant des visages et des animaux. C’est à force de la voir tournée ainsi, que le modèle de la sphère est apparu comme une évident, l’héliocentrisme n’était plus très loin.

Un Lapin sur le Lune

Si la Lune inspire les Hommes et guide leur sommeil, ils est troublant de voir que son bestiaire imaginaire est assez semblable en deux points opposés du monde. Prenons par exemple le cas du Lapin, cher à notre fête de Pâques. Dans la mythologie chinoise, il est souvent présenté comme un compagnon de la déesse de la lune Chang’e, fabriquant constamment de l’élixir de longue vie pour elle. Les Aztèques nommaient les divinités de l’ivresse les 400 lapins. Ils étaient les compagnons de la Lune, fille de Tlaloc, dieu des pluies. Enfin le dieu hindou Rajanipati « seigneur de la nuit » ou Kshuparaka « celui qui illumine la nuit », est le protecteur des lapins.

Si je devais chercher des preuves de l’existence de Dieu, je commencerai par Lune, à l’image du Monolithe noir que Stanley Kubrick a gravé dans nos esprits. Sans la Lune, la Vie existerait peut être sur Terre mais elle serait très différente. Beaucoup de scientifiques pensent que sans les marées et son mouvement permanent, la Vie terrestre ne se serait pas développé et nous autres mammifères à pattes ne serions pas entrain de lire cet article.


En attendant une suite à cet article qui sera exclusivement consacré à la théorie de la Bio-Dynamie de Rudolf Steiner. Vous pouvez réagir sur ce sujet par commentaire ou sur notre forum où il existe un sujet semblable ouvert depuis quelques temps : La Lune et son influence.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *