L’Origine du Pranisme

Dans notre précédent article Vous reprendrez bien un peu de « Lumière » ? nous vous avions présenté une autre vision sur le Respirianisme. Ce mouvement (pour ne pas dire Secte) est directement inspiré des diverses formes de Vénération du Soleil et de la résurgence moderne du Pranisme. Le Pranisme du New Age nous explique ainsi que grâce à l’action du Soleil sur le Prana, on peut vivre éternellement sans se nourrir.


De l’Importance du Soleil


La plupart des civilisations qui pratiquèrent un Culte du Soleil furent très organisées et administrées par un roi, un empereur ou une élite dirigeante qui adopta l’idéal de la royauté solaire pour légitimer et consolider sa position.

Ainsi dans l’ancienne Egypte le dieu soleil (ou Amon-Râ) était représenté par un homme portant un disque solaire sur sa tête, surmontée par le serpent Uræus. Akhenaton (±1354 – ±1337 av. J-C), considéré parfois comme l’un des plus grands mystiques de l’Histoire, bouleversa l’histoire de l’Égypte en voulant imposer à ses sujets le culte exclusif de Rê-Horakhty (qui est dans Aton), dont il fut à la fois le prophète et l’incarnation.

Chez tous les peuples indo-européens, nous trouvons à l’aube de l’histoire le culte de dieux célestes. Dans la Perse ancienne, le culte du soleil fit partie intégrante du culte d’Ahura Mazda, puis de celui de Mithra, qui se répandit plus tard dans l’Empire romain. Personnifié par Surya, le Soleil fut aussi un dieu hindou, maléfique pour les Dravidiens du sud de l’Inde mais bénéfique pour les Munda des régions centrales.

Le Soleil était aussi capital pour les civilisations méso-américaines. Les Aztèques l’appelaient Huitzilopochtli, dieu du Soleil et de la guerre, le maitre du monde. Les Indiens Sioux prient au lever et au coucher du soleil, les bras tendus vers le ciel. Cette pratique se retrouve aussi chez les Iroquois et les Tsimshian d’Amérique du Nord. Au Japon, la déesse solaire Amaterasu est la divinité suprême du panthéon shinto et la déesse tutélaire de la maison impériale.

Pour le panthéon grec c’est Apollon, fils de Zeus et de la titane Léto. Citons aussi Hélios qui est la personnification du Soleil lui-même. Au fil du temps, tous les attributs et fonctions d’Hélios furent transférés à Apollon, sous la forme d’Apollon Phoebus.

Pour les Romains, c’est le Sol Invictus (Soleil Invaincu), dieu solaire syrien introduit par l’empreur Caracalla en 211. Son culte fut organisé par l’empereur d’origine syrienne, Elagabal (Héliogabale) en 218. L’empereur Aurélien (né en Pannonie d’une mère prêtresse du Soleil) fit construire à Rome un temple à Sol Invictus dédicacé le 25 décembre 274. Aurélien sut ainsi bénéficier du soutien des adeptes de Mithra dont le culte était très proche de celui de Sol.


L’Energie vitale et la Spiritualité orientale


La Kuṇḍalinī du Yoga

Le New Age donna naissance à une sorte d’Orientalisme spirituel en Occident. Cette ouverture permit la réactualisation et la meilleure compréhension de concepts ésotériques qui jusqu’alors étaient interdit au profane. Citons par exemple l’ensemble des théories sur l’énergie vitale et la composition des corps subtils des êtres vivants.

De l’Ether (Æther) grec jusqu’au Spiritus chrétien, en passant bien sûr par Anima, Pneuma et la Ruah kabbalistique, l’Homme n’a cessé de croire en la réalité d’une énergie subtile, le souffle de Dieu, qui animerait le Monde et imprégnerait toutes choses. De ce postulat découle bon nombre de préceptes ésotériques qui sont encore aujourd’hui utilisés en médecines alternatives et en magie.

Le Pranisme n’échappe pas à la règle et fait ainsi appel au Prana indien et au Qi chinois pour valider l’authenticité de son message. Le Prāna est un terme sanskrit complexe dont la signification change selon le contexte. Représentant simultanément la notion de souffle vital et le principe de la respiration biologique. Il correspond à la fois :

  • aux cinq souffles principaux (ingestion / expiration / inspiration / métabolisme / circulation) ;
  • au fluide vital dans le corps et à l’énergie nerveuse ;
  • à la force cosmique qui agit sur l’ākāśa pour créer l’univers.

On distingue deux grandes familles de travail sur le Prana :

  • Le Prāṇāhuti (libation de souffle vital) est un sacrifice d’énergie offert par quelqu’un en direction de quelqu’un d’autre.
  • Le Prāṇāyāma désignant quand à lui la « mise en mouvement dirigée vers (āyāma) » du souffle vital respirant (prāṇa).

Sinogramme qì

Le Qi, chi (souffle, énergie), ou Ki (en japonais), est une notion essentielle de la culture sino-japonaise qui désigne un principe fondamental formant et animant l’univers et la vie. Dans cette approche spirituelle, le qì englobe tout l’univers et relie les êtres et les choses entre eux. Dans un organisme vivant, il circule à l’intérieur du corps par des méridiens qui se recoupent tous dans le « centre des énergies » appelé « champ du cinabre », seika tanden au Japon et dāntián en Chine.

La médecine chinoise se base en grande partie sur la notion du qi. Dans cette médecine, on y distingue les liquides organiques, le sang et le qi, qui est lui-même subdivisé en plusieurs types. La notion de qi est à l’origine de techniques comme l’acupuncture et les massages (do-in) qui consistent à stimuler les points de rencontre des méridiens. Elle inspire des théories chinoises de l’équilibre alimentaire et des exercices tels que ceux pratiqués dans les arts martiaux dits « internes », le taiji quan ou le hsing i, ainsi que la gymnastique basée sur la respiration, le qi gong. Leur but est de maintenir l’équilibre et le dynamisme du qi dans le corps, voire de le manipuler. De même au Japon, le but du shiatsu (massages) et des exercices physiques (dont les exercices respiratoires) est de stimuler le ki.

La maîtrise du qi fait aussi partie de l’enseignement avancé des bouddhistes et des taoïstes à travers la méditation et divers exercices, ce qui met l’accent sur l’aspect du qi lié à l’activité mentale.


Comment devenir Pranique


La recette est assez simple et est vielle comme le Monde (pour le Pranisme New Age). Il suffit de contempler le Soleil à son lever et à son coucher. C’est tout ? Et bien non, car pour que cela fonctionne, il faut être en état de Jeûne complet (la Pranisme autorise toutefois l’eau). Au bout d’un certains temps, vous devriez ne plus avoir besoin de vous nourrir. Vous êtes donc mort…

Pour la Science s’exposer au Soleil est une excellente chose (sans le regarder directement), car en plus d’un effet métabolique complexe, il existe une influence directe sur notre humeur globale. Quasiment toute les traditions mystiques comprennent une étape de vénération du Soleil, celle-ci est parfois accompagnée d’un Jeûne mais toujours de façon temporaire.

Parmis les plus connus en Occident, nous retrouverons le « Sūryanamaskāra » (Salutation au Soleil), qui est un enchaînement de postures (āsana) pratiqué dans le Haṭha Yoga. À l’origine, la Salutation au Soleil était un rituel matinal en l’honneur du soleil levant qui va apporter son énergie à la terre. Pratiquée quinze à vingt minutes par jour, la Salutation au Soleil est parfois considérée comme équivalente à une séance de yoga complète.

Plus facile d’accès, on retrouve le rituel de Croix Kabbalistique vulgarisé par l’Ordre de la Rose-Croix (et maintenant par certaines stars hollywoodienne). Dans ce Rituel, les forces quatre éléments (Feu, Eau, Terre, Air) sont réunis pour mettre en mouvement le cinquième élément : l’Ether.

Alexandre Moryason, nous expliques qu’il convient d’abord de faire le signe de bénédiction, repliez donc l’annulaire et l’auriculaire de la main droite dans la paume puis étendez l’index et le majeur.

Maintenant que nous sommes prêt, traçons la Croix Kabbalistique. Placez vous donc face au Soleil levant, fermez les yeux et visualisez les rayons de lumière divine inondant votre front :

  • Touchez votre front puis dites : Ateh ;
  • Pointez vers le bas et dites : ve-Malkhut ;
  • Touchez votre épaule droite : ve-Geburah ;
  • Touchez votre épaule droite  : ve-Gedulah ;
  • Joignez ensuite vos mains : le-OhlamAmen.

En effectuant ces signes, vous invoquez (Athor – appartient) l’Esprit Saint à descendre de la sphère Kether (couronne).

L’énergie mis en mouvement devra parcourir les différents éléments : Terre (Malkuth – royaume) puis le Feu (Geburah – pouvoir) enfin l’Eau (Gedulah – gloire) et se stabilisera non loin de votre centre de gravité, en Tiphereth, grâce à la descente de l’Air.

Ce type de rituel repose sur l’utilisation de l’Arbre de Vie de la Kabbale, ou Arbre Sephirothique. Notez que les Chrétiens Orthodoxes (Grecs, Russes, Orientaux…) ont conservés l’ordre véritable du tracé Théurgique de la Croix.

« A Toi, appartient le Royaume, la Puissance et la Gloire dans les siècles des siècles, Amen. »

Il existe un grand nombre de techniques semblables, toutes sont destinées à fortifier le corps et à purifier l’esprit. Mais aucune ne mortifie le corps et ne pousse à la souffrance. Pourtant le Pranisme prône le Jeûne excessif, mais d’ailleurs qu’est-ce que le Jeûne exactement ?


Petite Histoire du Jeûne et de l’Ascétisme


Le jeûne est de tout temps considéré comme un moyen de purifier son corps et son âme. Il nous rappelle notre dépendance et donc notre propre faiblesse. Ce principe d’enchainement à la réalité matérielle, et du renoncement que nous devons acquérir pour nous élever et nous libérer, est une des notions philosophiques les plus communes à travers l’histoire. Dans l’antiquité déjà, Aristote disait que « Le sacrifice de soi est la condition de la vertu. », et 2400 ans plus tard : « Une vie de sacrifice est le sommet suprême de l’art. Elle est pleine d’une véritable joie. » Gandhi.

Figurines en terre-cuite dans des postures du yoga. Mohenjo-daro.

L’Ascétisme apparut dans la vallée de l’Indus vers -4000 av. J-C., fut développé et magnifié par la religion harapienne (ou harrapéenne), source du futur Hindouisme et prototype de certains concepts du Jaïnisme et du Bouddhisme. Même si l’écriture Brahmi ne sera hélas jamais déchiffrée, les représentations artistiques nous montrent déjà l’Homme-Saint dans la position de l’âsana, peut-être est-ce la première démonstration du concept de l’ekâgratâ cher au Yoga.

Cependant l’Ascèse n’est pas réservé à l’Hindouisme, le mot même fut emprunté au latin chrétien Asceta signifiant « moine ». Bien avant ce sens, il était le grec askêsis désignant « exercice » dans l’Athlétisme. Ainsi, le Moyen-Orient développa aussi sa propre vision de l’ascétisme par le Jeûne et la Prière. Citons pèle-mêle le Yom Kippour du Judaïsme, le Ramadan de l’Islam, le Carême du Christianisme.

« Car en ce jour on fera l’expiation pour vous, afin de vous purifier : vous serez purifiés de tous vos péchés devant l’Éternel » Lévitique 16:30.

« Le jeûne préserve de l’enfer, tel un bouclier au combat » Recueil d’Ahmed.

Chaque tradition prescrit des exercices autour du jeûne comme la méditation (Bouddhisme, Shinto), l’abstinence sexuelle (Magie) et certaines gymnastiques (Yoga). Si la pratique est assidue, votre corps et votre esprit seront purifiés et propices au pardon (concept abrahamique), à un éveil spirituel ou à l’usage de don magique.

Le Seigneur Mahāvīra du Jaïnisme

Est-il alors utile de préciser que le Jeûne n’est pas forcément l’absence totale de nourriture ? Les grandes religions pratiquent le Jeûne comme une privation temporaire : sur une lapse de temps, durant le Jour, absence de Viande, etc. Même parmi les mouvements dits sectaires ou extrêmes, le Jeûne n’est pas synonyme d’Inédie permanente. Il existe toujours de l’eau à volonté, une boulette de riz, de la mie de pain… « Orandum est, ut sit mens sana in corporel sano ».

Le Végétarisme est en quelque sorte un Jeûne permanent. En ne polluant plus son corps avec des aliments impropres (chair animale), on améliore grandement sa santé et sa vie spirituelle. Promulgué par le Pythagorisme, l’Orphisme, l’Hindouisme, le Bouddhisme, le Jaïnisme, les Esséniens, le Catharisme, le Soufisme (entre autres), il est nécessaire par l’acceptation de la Réincarnation et du cycle des âmes (atman, anima : « souffle », principe de vie, de conscience).

« Jamais je ne consentirais à sacrifier au corps humain la vie d’un agneau. J’estime que, moins une créature peut se défendre, plus elle a droit à la protection de l’homme contre la cruauté humaine » Mahatma Gandhi.

« mâhimsyât sarva-bhoutâni – qu’on ne nuise à aucun être vivant » : L’Ahimsâ défini ainsi la notion philosophique de base des religions indiennes qui recommande la non-violence et le respect pour toute vie, humaine, animale ou végétale.


L’expérience du Jeûne


L'Ascétisme de Shākyamuni et le résultat de 49 jours de Jeûne.

Siddhārtha Gautama dit Shākyamuni ou Bouddha (en sanskrit buddha, « éveillé »), était un chef spirituel qui vécut au VIe siècle av. J.‑C. Il fut le fondateur historique d’une communauté de moines errants qui donnera naissance au Bouddhisme. Tous les courants bouddhistes le considèrent comme le « bouddha pur et parfait » (samyaksambuddhā) de notre ère, qui non seulement a atteint l’éveil, mais est capable de « mettre en branle la roue de la loi » et de propager l’enseignement bouddhiste dans le monde. Son enseignement se transmit oralement pendant trois à quatre siècles avant d’être couché dans les textes du canon pali.

Après la renonciation (abhiniskramana) de son titre et de son palais, il commence une vie d’ascèse en suivant les enseignements de plusieurs ermites renonçants (saṃnyāsin ou sâdhu) auprès desquels il pratique des méditations austères. 6 années plus tard et après 49 jours de jeûnes complets consécutifs, affaibli par son abstinence, il faillit un jour se noyer durant un bain. Constatant que ces pratiques ne l’avaient pas mené à une plus grande compréhension du monde, il décida de trouver une autre voie.

« Je suis vie qui veut vivre, entouré de vie qui veut vivre. Chaque jour et à chaque heure cette conviction m’accompagne. Le bien, c’est de maintenir et de favoriser la vie ; le mal, c’est de détruire la vie et de l’entraver » Albert Schweitzer.

Mahatma Gandhi, août 1942

Mohandas Karamchand Gandhi (02/10/1869 – 30/01/1948) était un dirigeant politique et un important guide spirituel pour l’Inde. Il oeuvra toute sa vie pour d’indépendance de son pays. Communément appelé Mahatma Gandhi (du sanskrit, Mahatma : grande âme), ou Bapu (Père dans plusieurs des langues de l’Inde), il fut reconnu comme le Père de la Nation, son anniversaire y est une fête nationale. Cette date a été déclarée Journée internationale de la non-violence par l’Assemblée générale des Nations unies.

Hindouiste et militant végétarien, il pratiquait de rigoureux jeûnes sur de longues périodes, pour s’auto-purifier mais aussi comme moyen de protestation contre les dérives et injustices de la Société. Dès 1893, à 18 ans, il partit en Afrique du Sud militer pour les droits civils, cette expérience le changea profondément. A son retour en Inde (1915), ne reconnaissant plus son pays, il organisa des résistances civiques face à l’oppression britannique. S’en suit sa « Marche du Sel » de 400 km face aux nouvelles taxes britanniques. Quand la Seconde Guerre mondiale éclate en 1939, Gandhi déclare que l’Inde ne peut pas participer à une guerre ayant pour but la liberté démocratique, alors que cette même liberté est refusée à l’Inde elle-même.

En 1947, Ganhi finira par libérer l’Inde par les mots et la non-violence mais ne réussit cependant pas à réunir les Musulmans et les Hindous. Il fut assassiné le 30 janvier 1948 par un hindou nationaliste. Au cours de sa vie, il eut souvent recourt au Jeûne complet (aucune nourriture) pour faire pression sur l’Occident ou pour faire passer messages à ces propres compatriotes (la condition des intouchables). Aucun de ces Jeûnes n’exceda 21 jours.

« L’homme est âme de son corps. Le corps est l’expression de l’âme. Il est le lieu de l’adoration. Bien sûr, l’intériorité est ce qui compte avant tout. Mais l’homme n’est pas pur esprit. Il a besoin de traduire corporellement les sentiments de son âme » Catherine Gotte

4 commentaires

  • Bonjour,

    Bravo pour votre travail de recherche et de rédaction.

    Je survole l’article…
    .
    Mais j’y vois de l’ignorance dont j’aimerais avec humilité vous apporter une pincée d’info…
    Sans aucun jugements…
    Juste la certitude de l’expérience pure et réelle…

    1-Le Pranisme n’a rien à voir avec le SunGazing qui fonctionne en effet avec une pratique « précise » basée sur la relation avec le soleil…

    2-Le Pranisme n’est pas non plus le Jeun => « Surtout pas!! » « Surtout pas!! »
    Le jeun à une limite et c’est la mort!!!
    Il est Dangereux de tout mettre dans le même sac dans ce domaine. De tout mélanger…

    3-Le Pranisme est une mécanique différente de tout cela.
    À part entière, qui se révèle naturellement à l’esprit suffisamment ouvert et tout simplement prêt pour cela.
    Impossible de l’expliquer théoriquement avec son mental de bête intellectuel, ses croyances personnelle, ses fantaisies mental, ses supposition et ses propre conclusion, etc…

    Malgrès toute votre intelligeance, votre culture etc…
    Il s’agit avec le Pranisme d’une intelligent différente : « C’est une autre règle » Rien à voir avec ce que l’on connait, on ne peut le définir avec notre tête comme on définit n’importe quelle autre chose.

    L’ignorance est dangereuse. L’ignorant passe un jour par la culpabilité…

    La route de l’enfer est bordées de bonnes intentions. Parlons de ce que l’on connait « par l’Expérience Pure et réelle », svp …

    Lumière 😉

    Bien évidemment il y a aujourd’hui des centaines de Pranique dans le monde : des gros, des maigre, mais des gens qui vont bien et sont en forme depuis des années. N’attendez pas de « comprendre » pour faire attention à vos propos… Beaucoup et de plus en plus y voient clair..

    🙂

  • Bonjour Alex, merci pour ce très long message, mais je reste hélas sur ma faim…

    Cet article est la suite de mon article sur le film « Lumière » où sont présentés ensemble et sous un même étendard des Praniques, des Respirianistes et « l’inventeur » du Sungazing.

    La Pranisme comme pratique mystique (et antique) est surement encore pratiqué par les Yogi et autres Sadhu mais ce dont nous parlons ici est en référence à la confusion générale apporté par le Breatharianism.

    Prenons un autre exemple pour que cela soit plus clair. Si je dis Svastika, 80% des gens penses Nazi. De la même façon, si maintenant on dit Pranique, on pense Respirianiste.

    Courant qui lui prône le Jeûne éternel, le culte du Soleil et la réalité d’une alchimie pranique invisible.

    Au sujet de « votre certitude de l’expérience pure et réelle », malgré votre emphase, je ne trouve nul part dans votre message une correction de ma définition du Pranisme moderne. Et je n’y vois pas non plus de détails pratiques sur votre façon de vivre le Pranisme.

    Juste des mots qui sous prétexte d’une « expérience pure et réelle » (dont vous ne parlez même pas) sont censés être acceptés par tous. J’appelle cela du dogmatisme, voir même du sectarisme.

    Personnellement, j’ai voué un culte au Soleil très longtemps, en y retirant énormément de choses, que ce soit sur un plan psychologique ou magique. Mais je n’ai jamais prétendu que cela pouvait me rendre immortel et m’élever vers un stade divin où je n’aurai plus besoin de la matière.

    Alors je vous dis, Oui, ceci est ma vision du Pranisme d’aujourd’hui. Si vous en avez une autre, vous avez la parole 🙂

  • Bonjour Gwennaël,

    Oui, très juste !! 😉
    Tout d’abord Merci pour votre message..

    Très vite… :
    Vous avez raison sur l’expression de mon message, je pourrais y partager plus des infos que j’ai à ma disposition, de mon expérience, mes contacts etc..

    Désolé de vous laissez sur votre faim 🙂 (…pour l’instant..:)

    Je trouve votre travail très important, bien présenté aussi.
    Un regard qui va être utile !

    Vous êtes généreux et le « souci de bienveillance » d’autrui, de nous-même : notre totalité, est aussi de ma partie. Évidement!

    (Pas de pub pour n’importe quelle pratique ou autre.., juste du respect..)
    Chacun son truc, du moment qu’il se sent bien et se comporte bien avec son semblable. (Non?)

    Par la communication, dont la notre ici, on peut échanger nos sources et « Éclairer » un peu plus à chaque fois, pour le meilleur, pour nous tous : c’est sur!

    Je met de côté cet article dans les favoris de mon navigateur, pour : dès que j’ai structuré un peu l’information de manière claire, pratique, utile et intéressante (Comme je le peux;) (Je m’y efforce cette année… 🙂
    Je puisse ainsi tout partager avec vous : ENSEMBLE :)) Communiquer ensemble (1)

    Amicalement’

    P.S : Un p’tit + .. :

    Le mot « Respirianisme » est très maladroit..

    Le Pranisme ne consiste pas non plus à respirer!
    Malgré l’outil extraordinaire qu’est la connaissance et la maitrise de sa respiration, couplée à la méditation, visualisation et toutes ses techniques aussi bonne les une que les autres et qui participent à sa meilleure connexion avec cet état de conscience, cet état intérieur, ce nouveau mode de pensé, etc… qui favorise la pratique du Pranisme.

    Ma définition du Pranisme (très peux généreuse pour le non-Pranique, mais pour le moment…) se résume à :

    -CERTITUDE
    -FOI

    STOP : Je sais, je sais 😉 Patience :))

    Des Praniques, il en a des blancs, des noirs, des biens dodus, des très sveltes, tous en bonne santé à ma connaissance, dans la globalité et en général.

    Il y en a qui bossent sur internet, d’autres qui aident les autres par des soins par exemple, d’autre qui donnent des cours de Yoga, d’autre qui ont un métier plus classique……..

    Etre Pranique c’est aussi avoir une certaine compréhension intérieure (bien encrée : mentalement mais surtout dans toutes les cellules : Bien intégrée quoi!)
    (Pas une meilleure compréhension ou une moins bonne que les autres, mais une qui est bien différente de celle de l’esclave de la nourriture physique : celui qui n’a pas le choix, qui n’est pas à ce niveau « de choix », celui qui meurt si il arrête de manger de la nourriture physique..)

    Mais être Pranique ne veut pas forcément dire : avoir atteint l’éveil (comme souvent on l’imagine : Kundalini, illumination, etc …)

    Cela dis être Pranique peut peut-être favoriser ce genre d’avancée…

    Pour finir : Il y a des Praniques religieux et la plupart non-religieux (comme on peut l’entendre…)
    Mais tous on confiance en cette force supérieure, que chacun, à sa guise choisi de nommer comme il le veut… Qui nous uni et nourri tous….

    Tous =
    Tous 1

    Belle journée!
    😀

  • Alex.Le pranisme est une belle arnaque d’abord parce que la plupart qui disent l’être et l’enseignement continue à s’alimenter encore un peu. Et ils le disent eux même.ensuite pour les autres il faudrait les croire sur parole et ça Alex ce n’est pas normal et incompréhensible que des adultes puissent accepter de payer et se soumettre ainsi à n’importe quel dogmes. C’est irresponsable et stupides. Et à la base des sectes. Pourquoi 100 pour 100 des gens qui sortent d’un stage de pranisme perdent du poids ??? Répond à cette question. Parce qu’il y a erreur sur la marchandise.on leurs à vendu un jeûne deux fois plus chère simplement en l’appellation. T’y réfléchi ??

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *