Entre le Vie et la Mort

Du 15 au 17 octobre se tiendra au Cinéma REX de Sarlat, le 2ème CinéForum. C’est évènement créé par l’association Mythes & Réalités propose la projection d’un film documentaire suivi d’un débat général sur la même thématique. Cette entreprise pour le moins originale méritait d’être saluée surtout si le sujet de ce 2ème CinéForum n’est autre que les Expériences de Mort Imminente (E.M.I.).

Parrainé par le Dr Jean-Pierre POSTEL, chef du service anesthésie-réanimation au Centre Hospitalier Jean Leclaire de Sarlat et animé par Sonia BARKALLAH, réalisatrice du film documentaire « Faux départ » ; le débat ne risquera pas de manquer de matière.

En effet, le Dr Jean-Pierre POSTEL mène depuis 2008 une expérience sur les expériences de mort imminente, les fameuses EMI, avec leurs célèbres visions d’un tunnel de lumière, de proches décédés, de sensations de décorporation… « J’ai ouvert le feu, se réjouit le docteur. Sarlat est le seul établissement hospitalier à faire une expérience dans ce domaine en respectant l’éthique. Il fallait oser. J’ai un bol dingue avec un directeur ainsi que des collaborateurs extrêmement ouverts à des tas de choses nouvelles. »

Dans son service, une boîte métallique renferme hermétiquement un petit ordinateur qui diffuse des messages et graphismes que personne ne connaît. Cette cible cachée est enveloppée comme un petit cadeau pour attirer l’attention d’un patient qui « vivrait » une EMI et, sous un état de conscience modifié, pourrait « voir » ce qui est affiché sur l’écran et le rapporter une fois revenu dans le monde des vivants.

Le Graal

Le docteur Postel a par trois fois, ces deux dernières années depuis la mise en place de ce protocole, cru toucher le Graal. Malheureusement, deux personnes ont vécu une EMI mais n’ont rien vu et une troisième personne a vécu une fausse EMI selon l’échelle de Greyson, qui permet de savoir si on a à faire à une vraie ou fausse EMI.

Il est sûr que s’il apporte une preuve scientifique aux EMI, la vision du monde va changer, à commencer aux yeux de ses confrères de la médecine moderne. « Pour moi, le scientifique idéal est certes un scientifique dans sa branche, mais doit s’intéresser aux autres, savoir ce que pensent les philosophes, les physiciens, les mathématiciens… On ne peut pas occulter la réflexion philosophique. Je pense que les esprits s’ouvrent et se posent des questions ? Est-ce que la médecine actuelle est efficace ? Est-ce qu’au lieu des médicaments on peut penser à autre chose ? Il est temps de changer de paradigme. »

Qu’est ce que la conscience ?

Depuis l’aube de l’humanité, la conscience s’est imposée comme une faculté ontologique du vivant. Les premiers chamanes, par l’entremise d’expériences de la conscience induites par les plantes psycho-actives, intervenaient en qualité de médiateurs entre l’au-delà et l’ici-bas. Au cours des civilisations la pensée humaine s’est sructurée et compliquée, aidée en cela par l’apparition des écritures. Religions et philosophies ont introduit le concept de « conscience morale », et les Sciences se sont logiquement interessées à la  physiologie de la conscience, à ses mécanismes, et sa nature. On a même pu tenter de définir «l’inconscient» et de l’explorer.

Les progrès en médecine, les avancées de la psychiatrie et de la psychologie, l’apparition de technologies de pointe en neuro-réanimation, ont permis un début de révolution de l’abord de l’être humain dans une globalité physico-psychique nouvelle, tenant compte de son environnement. Les neurosciences cognitives en plein essor, ouvrent des voies sur la compréhension de la place de la conscience dans l’ univers .

« J’ai essayé moi-même de conceptualiser ce que peut être la conscience, un phénomène qui dépasse nos visions quotidiennes. On travaille dans la virtualité. Personne n’a la même perception, la même vision du monde à l’instant T et au même endroit. C’est une donnée complexe. Que sait-on de la conscience à notre époque ? Qu’est ce que la philosophie nous en dit ? Les neurosciences ? La physique moderne, quantique et relativiste ? Quel est l’apport des concepts informatiques ? »

Cette soirée d’ouverture affiche déjà complet, mais le docteur Postel tient des consultations gratuites à l’hôpital pour les personnes pensant avoir vécu une EMI. « C’est une étude de la vie, en aucun cas une expérience de preuve scientifique de vie après la mort », précise-t-il. Selon le docteur, son expérience et les travaux sur la conscience peuvent avoir dans le quotidien des applications telles que l’admission par le plus grand nombre de l’existence des EMI, la gestion des stress post-traumatiques pour les personnes qui ont vécu une EMI, la prise en charge des personnes dans le coma, etc.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *