Qu’est-ce que les Chakra ?

Dans l’Inde ancienne, le mot désignait un disque de métal (sanscrit चक्र : roue, phonétique : tchakra) symbolisant le pouvoir d’un râja (chef hindou) dit Chakravarti : celui qui fait tourner la roue de la destinée des hommes, qui tient leur vie dans ses mains, mais aussi, peut-être, celui qui est à l’image de Sûrya, le soleil.

Le terme fut ensuite utilisé pour qualifier Bouddha et les souverains bouddhistes qui font tourner la roue de la loi ou dharmaChakramudrâ. On retrouve ainsi très logiquement une représentation de chakra dans l’emblème et le drapeau de l’Inde. À l’origine, devait se trouver dans la bande blanche le rouet de Gandhi, c’est-à-dire l’outil emblématique de l’auto suffisance. Il fut plus tard remplacé par le Chakra d’Ashoka, un symbole bouddhiste, sous l’influence de Bhimrao Ramji Ambedkar, le rédacteur hors-caste de la constitution indienne qui finit par se convertir au bouddhisme.

 

Chakras mystiques

Le terme est aujourd’hui plus connu pour désigner des « centres spirituels » ou « points de jonction de canaux d’énergie (nāḍī) » issus d’une conception du Kundalinî-yoga et qui pourraient être localisés dans le corps humain. On trouve ce concept dans certaines Upanishads (Explications des Vedas) dites mineures composées vers le IIe siècle avant notre ère et plus particulièrement dans la Yoga Chudamani Upanishad (composée entre le VIIe et Xe siècle de notre ère) et la Yoga Shikha Upanishad.

Selon cette théorie, il y aurait sept Chakra principaux et des milliers de Chakra secondaires. Le premier situé à la base de la colonne vertébrale et le septième étant au sommet du crâne. Ils sont les points d’intersection des nāḍī, ou conduits par lesquels circule le Prana (Chine : Chi). Les chakras accumulent le Prana et l’énergie devient de plus en plus subtile à mesure qu’elle s’élève de la base des chakras vers le sommet de la tête. Dans l’image orientale traditionnelle, le chakra est vu comme une fleur de lotus. Cette représentation, conjuguée au symbolisme de la roue, donne l’image d’une forme circulaire tournant sur elle-même tandis que les pétales de la fleur de lotus se déploient l’un après l’autre.

Chaque chakra possède ses caractéristiques et à une couleur de l’arc en ciel. De plus chaque chakra vibre à une fréquence particulière. L’influence des chakra sur la santé de notre corps physique s’explique par le principe selon lequel notre corps énergétique, où se situent réellement les chakras, vibre à une fréquence plus élevée que notre corps physique, plus dense. Les troubles du premier se traduisent dans le second, entraînant des maladies. Ces dysfonctionnements peuvent se matérialiser soit par le rétrécissement des chakra ou par le ralentissement de leur vitesse de rotation, ce qui traduit une relative inactivité des organes, soit par l’élargissement des chakra ou par l’augmentation de leur vitesse de rotation, signe de problèmes à la fois physiques et émotionnels. C’est ce dernier phénomène que l’on observe sur le chakra du plexus solaire lorsque les surrénales travaillent trop, du fait du stress.


Kuṇḍalinī, le serpent énergie

L’énergie spirituelle et vitale, que l’on nomme Kuṇḍalinī en Sanskrit, réside initialement dans le sacrum (os triangulaire à la base de la colonne vertébrale). Lorsqu’elle s’éveille, cette énergie passe à travers les nâdi (canaux) et remonte le long de sushumna (canal central parasympathique), ida (canal sympathique gauche) et pingala (canal sympathique droit), qui relient entre eux les chakra (centres d’énergie). Elle finit par jaillir au sommet de la tête, à la hauteur de la fontanelle, symbolisée par un lotus aux mille pétales. On nomme cela l’éveil spirituel qui débride la conscience du pratiquant.

Notre être s’organise ainsi autour de ces 3 canaux principaux. Les canaux droit et gauche ont pour support biologique notre système nerveux sympathique.

Ils sont sollicités de cette manière :

  • Le canal droit (pingala) est sollicité pour toute activité physique, créatrice ou mentale. C’est le canal de l’action.
  • Le canal gauche (ida) quant à lui, gère nos comportements émotifs, affectifs, et sensibles. C’est le canal des émotions.
  • Le canal central (sushumna) enfin qui a comme support biologique notre système nerveux parasympathique gère nos fonctions dites autonomes (respiration, battement du coeur, …). C’est le canal de notre évolution spirituelle où circule notre énergie Kundalini.

Chakra et Médecine

De plus il semblerait que les Chakra correspondraient à des plexus et à des glandes, ce qui signifie que leurs localisations auraient une fonction avérée dans la Biologie et même le Psychisme de l’individu. La Science nie une quelconque réalité subtile, traitant les glandes et les plexus comme des parties distinctes.
En ésotérisme, le manipūra-Chakra serait situé au niveau du plexus solaire, il aurait donc a un rôle dans la digestion. Quant au sahasrâra-Chakra, il se situerait au niveau de la Glande Pinéale, qui sécrète la mélatonine, hormone liée au sommeil. Le scientifique dira que c’est grâce à la sécrétion de la mélatonine, l’occultiste lui dira que c’est l’ouverture du sahasrâraChakra qui offre un sommeil régénérateur.

Chakra et autres traditions

La médecine chinoise traditionnelle se base sur un modèle voisin du corps humain comme système d’énergie traversé par des vaisseaux et des points, ceux utilisés par l’acupuncture. Cependant, aucune preuve physique ou physiologique ne vient pour l’instant à l’appui de ce modèle. Les Rosicruciens (étudiants de la philosophie Rose-Croix), ont un système décrivant les centres spirituels humains appelés « centres psychiques », qui est comparable.

Il y a de nombreuses et différentes écoles de chakrologie, certaines d’entre elles sont basées sur les anciennes traditions ésotériques tantriques indiennes, des interprétations New-Age, des analyses occultes occidentales, etc. Le physicien et philosophe ésotérique Arvan Harvat considère qu’il est très difficile de développer une science unifiée et cohérente des chakra qui intégrerait tous les éléments actuels.

Un commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *