Parapsychological Association en Congrès

La principale organisation scientifique internationale étudiant la nature de la conscience, la Parapsychological Association (PA), a tenu son 53e congrès annuel à Paris, les 22-25juillet dernier. Les membres de la PA étudient les phénomènes psi (ou « psychique ») tels que la télépathie, la clairvoyance, la psychokinèse, la guérison psychique, la précognition ou la vie après la mort. D’éminents scientifiques et chercheurs d’universités et de laboratoires du monde entier se sont réunis pour présenter et discuter de leurs recherches les plus récentes sur ces aspects de la conscience humaine parfois controversés, mais toujours fascinants.

Au programme de l’événement figurerait 30 présentations sur divers sujets parapsychologiques. Plusieurs de ces exposés portaient sur des études de cas de médiums, l’une d’entre elle plus particulièrement sur la neuro-imagerie de la transe médiumnique. Il y eut aussi quelques présentations sur les effets de l’activité géomagnétique sur le psi. Plusieurs études sur des phénomènes mentaux exceptionnels en Amérique du Sud et au Tibet ont aussi présentées.

Le conférencier d’honneur du congrès, Paul Devereux est rédacteur en chef et cofondateur de la revue à comité de lecture, Time & Mind – The Journal of Archaeology, Consciousness and Culture. Il est le directeur du Research Associate au Royal College of Art et membre de la Royal Society of Arts. Mais il a aussi été Senior Research Fellow à l’International Consciousness Research Laboratories (ICRL) à Princeton pendant douze ans. Il a écrit 27 livres depuis 1979. Son dernier ouvrage qui doit sortir en octobre 2010, Sacred Geography, examine la signification des lieux sacrés.

Parmi les invités dont la présence peut être remarquée se trouvaient Russell Targ, et Stanley Kripnpner. ainsi que le physicien R. Targ, qui a notamment été l’un des pionniers dans le développement du laser. Mais il est aussi connu comme un des principaux chercheurs à se pencher sur les capacités psychiques dans les années 1970 et 1980 pour le compte de la CIA. Il est le lauréat d’un prix décerné en 2009 par la PA pour l’ensemble de sa carrière. Sa conférence aura pour titre : « Pourquoi je suis absolument convaincu de la réalité des capacités psychiques, et pourquoi vous devriez l’être aussi ». Stanley Krippner, Ph. D., est professeur de psychologie à l’Université Saybrook, il est directeur de l’American Psychological Association, et auteur de nombreux articles et livres sur les rêves, l’hypnose, les états modifiés de conscience.

Ce congrès ouvert au public fut une des rare occasion pour les participants intéressé de découvrir les recherches et les avancées scientifiques les plus récentes sur ces sujets.

Quelques résumés du Congrès

Organisé par l’Institut métapsychique international à Paris en juillet dernier, des chercheurs français ont mennés de remarquable exposés sur l’avancement de la recherche parapsychologique. Ce fût aussi le moment propice pour découvrir et comprendre les travaux de chercheurs anglophones comme Dick Bierman ou Dean Radin. Dans un but informatif, nous délivrerons par le suite quelques résumés et extraits des interventions de ces chercheurs :

  • Pierre Janin, ancien Secrétaire Général du GERP, ancien collaborateur de Rémy Chauvin, reste une personnalité importante de l’expérimentation en parapsychologie. Il en effet l’inventeur du Tychoscope, un robot autonome aux déplacements aléatoires utilisé pour les tests en psychokinésie. Il fut l’auteur de plusieurs articles en parapsychologie, entre 1975 et 1980 et est actuellement Psychothérapeute et formateur en Gestalt thérapie.

« Pour le GERP (Groupe d’Etudes et de Recherches en Parapsychologie) la distance matérielle, les obstacles tels que murs, écrans de matières diverses dont cages de Faraday, tout comme les décalages dans le temps, sont par essence hors sujet. Ce qui est central et déterminant, ce sont les dispositions psychiques des personnes concernées, peut-être psychologiquement influencées par ce qu’elles savent de la distance ou des obstacles, mais non pas par ces derniers en tant que tels : certaines le seront, d’autres pas du tout.  En d’autres mots,  c’est  le désir (au sens large),  la croyance, les enjeux personnels d’une ou de plusieurs personnes qui signent les phénomènes psi.Au GERP il  était  donc évident  que le psi  n’est  pas plus reproductible à volonté que par exemple l’état amoureux, l’anxiété, ou les rêves. Non concernés par la fièvre toute scientifique de la reproductibilité, ses membres les plus actifs se sont centrés sur la question du sens du psi. Ils  rejoignaient  ainsi  les  réflexions  et  propositions de  Jung autour  des  synchronicités,  ces coïncidences qui font sens entre dispositions psychiques inconscientes et événements matériels extérieurs ; c’est-à-dire que le sens d’un événement psi, c’est l’horizon qu’il nous ouvre, son but, son message, le commentaire ou l’avertissement qu’il nous apporte et dont nous ne sommes pas suffisamment conscients. En somme, le psi est un porte-parole, hors espace et hors temps, des lieux non explicites de la psyché de la ou des personnes concernées. »

Mobile autoporteur qui se déplace selon un mouvement brownien.

« La recherche en parapsychologie est confrontée, depuis ses débuts, à des difficultés de reproductibilité concernant les effets qu’elle tente de démontrer. Ces difficultés sont associées à l’absence d’une théorie qui permettrait d’expliquer de tels effets sur les plans physiques et biologiques, suscitant ainsi de vives controverses concernant la pertinence de son objet d’étude au sein du champ scientifique.Un moyen de contourner cette problématique consisterait, selon nous, à développer des programmes de recherche-application dont l’objectif serait de tester dans le cadre d’applications concrètes l’existence des perceptions psi. De telles recherches pourraient en effet s’émanciper, en partie, de la démonstration de ces perceptions tant qu’elles conduiraient à des résultats probants. En outre, d’un point de vue plus théorique, de telles applications pourraient mener à de meilleurs résultats. »

  • Michel Cazenave est l’ancien responsable de programmes à France Culture et le Président du Cercle Francophone de Recherches et d’Information C. G. Jung. Ecrivain et philosophe, il est aussi le Directeur de la traduction en français de l’oeuvre de C. G. Jung.

« A la fin de son œuvre principe sur l’alchimie, le Mysterium conjunctionis, Jung ne craint pas de renvoyer au corpus philosophique de Plotin, et déclare que ce qu’il appellel’inconscient collectif n’est que le nom moderne du concept antique d’âme du monde : Anima Mundi Réfléchissant à cette notion en compagnie du prix Nobel de Physique,Wolfgang Pauli, l’un des fondateurs et des premiers théoriciens de la nouvelle physique quantique, très inspiré par ailleurs par la philosophie allemande de la nature et les œuvres de Bergson, il reprend au néoplatonicien chrétien Scot Erigène la notion d’un Unus mundus où l’esprit est matériel, et la matière spirituelle. Autrement dit, ce qui est séparé dans notre monde manifesté est encore réuni dans un autre niveau de réalité – celui, précisément, de l’Ame du monde – et chacune, par son chemin propre, la microphysique et la psychologie des plus grandes profondeurs s’achemineraient vers ce niveau de réalité.D’où les possibles phénomènes « paranormaux » et la capacité de l’âme humaine à se libérer de la pure chaîne des causes et des effets dans des manifestations apparemment aléatoires, mais reliées par des phénomènes de sens. Cette vision, cette conception vont définir le cadre général d’une téléologie du fonctionnement psychique. A ce niveau, l’âme et la psyché  sont à envisager comme espaces intermédiaires entre l’Esprit et la Matière. Esprit, âme, psyché, matière… chaque niveau considéré est redevable du fonctionnement de l’autre. Ainsi la pointe de toute psychologie est-elle une « méta-psychique » où l’imagination n’est plus la « folle du logis », mais bel et bien une puissance créatrice qui porte témoignage de l’intelligible de l’univers dans lequel nous vivons. »

  • Dick Bierman est professeur et docteur en Physique expérimentale, il possède en outre une chaire en Parapsychologie de l’Université d’Utrecht. Il a présenté ses travaux les plus récents sur l’anticipation inconsciente et sa théorie de la retrocausalité.

« Dans tout le formalisme de la physique moderne, il existe une symétrie temporelle, explique-t-il. Tous les phénomènes sont symétriques par rapport au temps, et tout calcul a donc deux solutions : une solution avancée (antérieure à la mesure) et une retardée (postérieure). »

Anticipation inconsciente

Ses recherches scientifiques effectuées dans des conditions contrôlées ont mis en évidence des phénomènes qui pourraient être interprétés en termes de précognition. Il a été observé qu’avant la visualisation de certaines images (en particulier lorsqu’elles sont de nature violente), on obtenait une excitation au niveau des mesures bio-physiologiques que l’on ne retrouve pas pour les images neutres. On devrait normalement enregistrer de telles variations après la visualisation de l’image, mais pas avant. Ces expériences consistent à mesurer la réaction physiologique inconsciente – en l’occurrence la modification de conductivité de la peau – de sujets à qui l’on présentait des images soit neutres soit chargées émotionnellement. La conductivité de la peau varie très finement selon l’émotion qui entraîne une micro-transpiration des mains.Dick Bierman ne sait pas lui-même comment expliquer cet effet mais pose la question de savoir s’il ne s’agit pas de perceptions Psi. Ce même effet a pu être mis en évidence dans les tracés effectués lors d’expériences de psychologie cognitive plus classiques et dans lesquelles les chercheurs avaient simplement étudié les réactions après visualisation d’une image.

Rétrocausalité

Une autre série d’expériences a permis d’illustrer ce principe. Chacun connaît l’effet qui consiste à percevoir sous deux angles possibles la figure d’un cube dessiné en trois dimensions mais « en transparence ». On parle de perception bi-stable pour désigner le fait que l’on peut percevoir alternativement le cube comme « du dessus » ou bien « du dessous ». L’expérience consiste pour le sujet à laisser varier sa perception entre les deux cas de figure, puis de presser un bouton lorsque la vision se stabilise « du dessus », et de presser à nouveau lorsqu’elle repasse « du dessous ». On mesure la durée de la perception stable « du dessus » et on tente de l’influencer en présentant immédiatement après au sujet une image du cube, mais cette fois en supprimant la transparence, de sorte que la perception est « forcée » dans un sens ou dans l’autre. Or, que constate t’on ? Une « interférence rétroactive », c’est-à-dire que la durée de la perception « du dessus » est significativement plus courte lorsqu’on présente ensuite la vue opaque « du dessous », « comme si le stimulus avait une influence à rebours dans le temps pour contrecarrer la stabilité de la perception du dessus », explique Dick Bierman. Cette expérience a été conçue pour ne pas faire intervenir le facteur émotionnel, poursuit-il, « même si l’expérimentateur peut en éprouver lui-même à la vue des résultats ! ». Au final, le modèle du Dr Bierman suppose que la conscience elle-même, en tant que système physique complexe, permet de restaurer la symétrie temporelle dans ces expériences. Mais cette approche théorique aurait surtout le mérite de rendre compte aussi bien des expériences de perception extrasensorielle que des vécus quotidiens liés à l’intuition et au pressentiment. Des chercheurs en méta-statistique (comme Dean Radin) ont en effet constatés que les trains qui déraillent ou les avions qui s’écrasent sont statistiquement moins remplis que les autres, certaines personnes différant leur voyage au dernier moment sans raisons particulières.

À propos de la Parapsychological Association

La Parapsychological Association est l’organisation professionnelle internationale des scientifiques et des chercheurs engagés dans l’étude des phénomènes connus sous le nom de psi ou expériences exceptionnelles. L’objectif principal de ces recherches est de parvenir à une compréhension scientifique de ces expériences. La PA, créée en 1957, est une organisation affiliée à l’American Association for the Advancement of Science (AAAS) depuis 1969. Elle fournit un forum d’échange scientifique international au moyen de conférences annuelles, qui ont généralement lieu en Amérique du Nord ou en Europe, ainsi que par la publication de son bulletin Mindfield. La PA compte environ 300 membres à travers le monde.

Coordonnées :
Annalisa Ventola, Executive Secretary
P.O. Box 24173
Columbus, OH 43224, USA
Phone/Fax : +1-202-318-2364
http://www.parapsych.org
business@parapsych.org

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *