Les Mythes Māori – Partie II – Maui

Les enfants de Tu (Dieu des hommes) grandirent et se multiplièrent. Ils ne connaissaient pas la mort. Ce fut Maui qui, défiant Hine-nui-te-po (Déesse de l’Au-Delà) rendit les hommes mortels. Fils de Makeatutara (guardien de monde d’en dessous) et d’une femme, Taranga, Maui est l’auteur de nombreuses actions qui ont améliorer la vie des hommes (ex.: surélever le ciel et rallonger les jours).

Connu dans toute la Polynésie, Maui est particulièrement important à Hawaï, Tahiti et en Nouvelle-Zélande. Demi-dieu malicieux, héros, il est célèbre pour avoir pêcher les iles du Pacifique; l’Ile du Nord de la Nouvelle-Zélande est sa plus grosse prise.

Maui est talentueux et aventureux. il possède des pouvoirs surnaturels qui lui permettent de surpasser les exploits des hommes ordinaires. Il a un esprit insatiable et n’est satisfait que lorsqu’il trouve réponses à ses questions. A moitié humain, il possède les limites de la race humaine, mais il a le pouvoir de contrôler les forces de la nature. Il serait potentiellement originaire de Hawaïki – terre ancestrale et légendaire des Māori.

Maui est probablement la personnification d’une phase de lumière et est connecté à / ou représente la vie. Dans les concepts polynésiens la vie et et la lumière sont étroitement liées. Il semblerait que dans le passé « maui » est été un terme commun pour désigner la « vie », comme en témoigne l’expression Māori « whakamaui » (renaître, créer la vie, sauver…).

Il est dit que l’histoire de Maui contient un grand nombre de mythes anciens et uniques. Le personnage de Maui serait plus vieux qu’aucun autre personnage légendaire d’aucune autre mythologie au monde. Et ce même si la Nouvelle-Zélande est un des pays les plus jeunes.

Il existe plus d’une douzaine de légendes où Maui est le héros. Ces mythes Māori sont de nature allégorique et permettent d’expliquer les phénomènes naturels de façon parabolique. J’en rapporterai ici quelques uns, les plus célèbres.

 

Naissance de Maui

Maui a un début de vie et une enfance particulière. Il naît prématurément. Sa mère enroule l’embryon dans sa gaine et le jette à la mer. Certaines versions racontent que Rangi (le Père Ciel) se pencha et ramena Maui au ciel où il le ressuscita. Maui aurait donc passé son enfance dans le ciel et observé sa famille de là haut. D’autre disent que Taranga abandonna l’embryon dans une grotte et qu’après trois nuits et trois jours l’embryon ressuscita et devint une personne.

Taranga ne revoit ni n’entend parler de son fils, jusqu’au jour où, des années plus tard, il se présente à sa porte, accompagné de ses quatre frères (on ne sait pas grand-chose à leur sujet – Maui est le cinquième et dernier né). Taranga demande alors à Maui : « D’où viens-tu? » et Maui répond « Je suis d’ici, j’appartiens à cet endroit ». Sa mère s’écrie: « Tu mens! Sors de cette maison, tu n’es pas mon enfant ». Sur quoi Maui répond: « Je suis l’enfant d’une étrangère, mais je crois que je suis né près de l’océan et ait été jeté à la mer .(…) Je connais les noms de vos enfants; il y a Maui-du-côté, et Maui-de-l’intérieur; il y a Maui-à-l’opposé et Maui-sans. Et je vous dis que je suis Maui-la-gaine-de-Taranga ». Taranga se résout alors : « Tu es en effet mon dernier-né, l’enfant de mon vieil age ». Elle l’embrasse et l’invite à dormir dans son propre lit ; ses frères l’acceptent alors comme étant l’un des leurs.

 

Maui et le feu

Le soleil veut faciliter la vie des hommes et envoie son propre fils, Auahi-turoa (personnification des comètes) sur terre, en tant que porteur du feu. Auahi-turoa se marie à Mahuika. Ensemble ils ont cinq enfants. Les noms de ces enfants sont les noms des cinq doigts de la main (dans l’ancienne Inde, Agni, le dieu du feu, avait dix mères, lesquelles étaient les dix doigts des deux mains). Un jour, les villageois se réveillent et réalisent que le feu ne brule plus dans le foyer. Maui décide alors d’aller récupérer le feu auprès de sa grand-mère, Mahuika, qui vit dans le monde souterrain. Maui atteint la demeure de son aïeule et lui dit: « Oh Dame, lèves-toi et offre moi du feu » . Et Mahuika répond: « D’où viens-tu? (…) Tu ne ressembles pas au gens d’ici ». Maui lui explique qu’il appartient bien à cet endroit et qu’il est le fils de Taranga. Mahuika lui offre alors son petit doigt, un des enfants feu. Maui s’éloigne et éteint le feu. Il retourne alors voir la déesse du feu pour obtenir un second doigt. Et il refait la même chose jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un seul doigt à la main de Mahuika. La grand-mère comprend alors que Maui est en train de la duper et qu’il veut domestiquer le feu. Elle se met alors dans une colère bleue et lance son corps enflammé à la poursuite de Maui. Maui se transforme alors en pigeon des bois pour échapper aux flammes et atteindre le monde du dessus plus rapidement, mais les flammes le rattrapent. Une fois à la surface il appelle Te Ihorangi (personnification de la pluie) à l’aide. La pluie battante sauve Maui et éteint les flammes. Les restants de feu s’échappent alors vers la forêt pour chercher refuge dans le corps de Hine-Kaikomako (personnification de l’arbre Kaikomako – Pennantia corymbosa) qui devient la conservatrice du feu. Le feu devient alors accessible aux hommes qui peuvent le réanimer en frottant deux morceaux de bois sec l’un contre l’autre. Le bois du Kaikomako était en effet utilisé par les Māori pour faire du feu.

 

Maui et l’os de la mâchoire magique

Maui, insatiable, cherche à obtenir une arme puissante qui lui permette d’accomplir des exploits. Il s’aperçoit, un jour, que des servantes sortent du village avec des paniers remplis de nourriture, et qu’à leur retour les paniers sont vides. Il demande alors à sa mère où vont les servantes et qui elles nourrissent. Sa mère lui révèle que les servantes ont pour devoir sacré de nourrir Murirangiwhenua, la grand-mère aveugle de Maui. Taranga lui apprend que aussi longtemps que Murirangiwhenua est repue, elle ne provoque pas de dégâts dans village; si les servantes oublient de la nourrir, elles doivent payer de leur vie et être mangées par l’ancêtre. Taranga révèle également à Maui que l’arme secrète qu’il recherche est l’os de la mâchoire de sa grand-mère: «Maui, c’est l’arme que tu recherches. Elle possède de grands pouvoirs magiques. Avec elle dans tes mains, mon fils, plus rien ne peut te résister ».

Maui part donc à la rencontre de Murirangiwhenua. Quand il atteint son domaine, Maui annonce: « Je suis venu pour votre os de mâchoire et je dois l’obtenir ». Sa grand-mère lui répond alors: « Prends-la et bienvenue. Je l’ai conservée pour toi ». Maui s’approche de son aïeule et décroche sa mâchoire inférieure.

Enchanté par sa nouvelle arme, Maui l’agrippe fermement et la fait tourner plusieurs fois au dessus de sa tête; l’os magique produit alors un son qui ressemble au chant d’une voix haut-perchée. Et la chanson de l’os magique, les ennemis de Maui apprendront bientôt à la reconnaître.

 

Maui piège le Soleil

Maui se sent tout puissant muni de sa nouvelle arme. Il a même l’impression qu’il pourrait défier le soleil et le vaincre. Le soleil est devenu un problème. Les jours raccourcissent et les hommes n’ont pas le temps de travailler les champs ou de s’approvisionner en nourriture. Tous les jours la même chose: les hommes prennent leurs outils, partent aux champs, mais à peine ont-ils commencé à travailler que le soleil a passé le zénith et commence à descendre vers l’ouest.

Maui décide donc de venir en aide aux hommes. Il ne peut cependant pas accomplir cette tâche seul et décide de faire appel à ses frères. Moqueurs, puis sceptiques, les frères de Maui finissent par céder lorsqu’il leur montre l’os magique: « C’est l’os de mâchoire de notre grand-mère, et quand je battrai le soleil avec, il demandera notre pitié ». Ses frères répliquent: « Que pouvons-nous faire pour aider? ». Maui leur demande de fabriquer les cordes qui retiendront le soleil – « (…) elles devront être plus solides qu’aucune autre corde ne l’a jamais été. » Les frères de Maui se mettent au travail.

Le lendemain matin, les cinq frères se dirigent vers l’est, jusqu’au bord de la fosse d’où le soleil surgit, là où plus rien ne vit à cause de la puissance de ses rayons. Les frères se placent tout autour de la fosse et fabriquent un filet géant avec les cordes. Au centre de la toile, Maui fait un nœud coulant avec la plus solide d’entre elles. Le soleil finit par sortir doucement de son puits. Les frères couvrent leurs yeux tellement la lumière est puissante. Quand le soleil réalise qu’il est piégé, il se met à lutter de toutes ses forces. Maui sort alors son os de mâchoire magique, saute sur le soleil et commence à le frapper. « Je suis terrible, Maui, je te préviens. Tu seras désolé si tu ne me laisses pas partir ». Mais Maui ne cède pas et continue à le frapper. « Maui », crie le soleil, « dis moi ce que tu veux et je m’accomplirai – mais s’il te plaît, arrêtes de me battre ». « Ta course folle dans le ciel a rendu les jours trop courts et cela cause beaucoup de souffrance. Si tu promets de ralentir, nous déferons les liens et te laisserons partir ». Le soleil cède et les cinq frères le libèrent. Alors que le soleil se dirige vers le ciel il demande à Maui le nom de l’arme qu’il a utilisé. « J’aurais du le savoir (…). Elle m’a volé la moitié de mes pouvoirs ». Maui réplique: « Maintenant, les hommes te verront plus comme un ennemi, mais comme un ami ».

Et depuis ce jour, le soleil parcours le ciel doucement et ses rayons bénéficient aux hommes. Les villageois ont le temps de labourer leurs champs et d’effectuer leurs travaux. La terre est devenu fertile et on entend des chants et des rires partout sur la terre.

 

Le grand poisson de Maui

Méprisé par ses aînés, Maui est souvent laissé de côté quand ils vont à la pêche. Il se fabrique secrètement un hameçon, à partir de l’os de mâchoire magique. Un nuit, il se glisse dans le canoë de ses frères et se cache sous le plancher.

Maui attend que le canoë soit assez loin de la berge pour sortir de sa cachette. Il demande alors à ses frères de pagayer jusqu’à l’endroit où les montagnes disparaissent, le lieu de pêche le plus ancien. Ils jettent l’ancre, lancent leurs lignes et avant qu’elles ne touchent le fond, les quatre aînés ont un poisson. Maui aussi veut pêcher. Il sort son hameçon magique et demande à ses frères de lui offrir un appât. Ses frères refusent. Maui serre son poing et se frappe le nez jusqu’à ce qu’il se mette à saigner. Il recouvre l’hameçon de son propre sang et lance sa ligne. L’hameçon s’enfonce profondément dans la mer quand Maui sent qu’il touche quelque chose. La ligne se tend d’un coup sec et, avec ses frères, Maui essaie de ramener sa prise à la surface. Une fois le poisson remonté, le canoë se retrouve sur son dos, complètement hors de l’eau. Maui conseille à ses frères d’attendre qu’il ait apaisé Tangaroa, le dieu de la mer, avant qu’ils ne découpent le poisson. Las d’attendre, les frères commence à découper des morceaux pour eux-mêmes. Le poisson géant pêché par Maui est en fait l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande. Et les nombreux lacs, vallées, montagnes, et côtes rocheuses sont le résultats de la découpe des frères de Maui. De nombreux noms de lieux en Nouvelle-Zélande sont associés à cette légende:

  • l’Ile du Nord, nommée également Te Ika-a-Mau (le poisson de Maui)
  • l’Ile du Sud, connu sous le nom de Te Waka a Maui (le canoë de Maui)
  • Stewart Island, aussi appelée Te Punga a Maui (l’ancre de Maui)

 

Maui et Hini-nui-te-po

Maui se met en tête qu’il n’y a aucune raison pour que les hommes soient mortels. Il va alors voir son père, Makea, qui lui dit: « Tous les hommes sont condamnés à mourir. Tôt ou tard ils tombent comme un fruit trop mûr de l’arbre, et sont recueillis par Hine-nui-te-po – la Grande Mère de la Nuit ». Maui rétorque que si la Mort meurt, l’homme pourrait acquérir l’immortalité. Makea dit « De telles pensées sont dangereuses. Nul ne peut conquérir la Mort ».

Maui rappelle à son père la prophétie de Taranga, sa mère, selon laquelle Maui vivra pour toujours. Makea révèle alors un secret à Maui: « Quand je t’ai baptisé, mon esprit s’est vidé, comme celui d’un enfant, et j’ai omis un passage de l’incantation. Par cette omission, Maui, j’ai défait la prophétie. C’est pour cela que je sais que tu dois mourir ». Maui lui demande alors si Hine-nui-te-po est celle qui lui donnera la mort, et son père lui répond que oui.

Malgré les avertissements de son père, Maui est persuadé qu’il peut vaincre la déesse et obtenir l’immortalité pour les hommes. Son père lui indique alors où la trouver. « Son corps à l’aspect d’un être humain, mais ses yeux sont fait de néphrite, ses cheveux d’algues brunes, et sa bouche est celle d’un barracuda. »

Maui part donc à la recherche de son ancêtre, accompagné des oiseaux de la forêt (robin, fantail, etc). Il finit par trouver la Grande Dame de la Nuit, allongée, les jambes écartées. Il dit à ses compagnons de ne pas rire lorsqu’il passera dans le corps de la déesse, que sa vie en dépend – « Si vous riez je serai en effet tué. Mais si je passe à travers son corps je vivrai et elle mourra ».

Maui se déshabille et commence à rentrer dans le corps de Hine, dans le sens inverse de la naissance. Alors que sa tête disparaît, ses compagnons essaient de retenir leur rire. Bientôt, on ne voit plus ni sa tête, ni ses épaules, ni ses bras. A ce moment là, le fantail ne peut plus se retenir et éclate de rire. La Grand Dame se réveille, ouvre les yeux, serre ses jambes d’un coup et coupe Maui en deux.

Ainsi se termine, dans les rires et le déshonneur, la tentative de Maui de conquérir la mort. Et a cause de son échec, les enfants des hommes continuent à marcher vers le chemin sombre d’Hine-nui-te-po.

Bibliographie

  • THE MAUI MYTHS As narrated by natives of Tolago Bay, North Island, New Zealand.Volume 38 1929 > Volume 38, No. 149 > Maui myths, p 1-26 – The Journal of the Polynesian Society – http://www.jps.auckland.ac.nz/document/Volume_38_1929/Volume_3
  • Legends of the Māori(Volume 1) -Maui and Hine-nui-te-po – Auteur: James Cowan – Southern Reprints, 1987 – New Zealand Electronic Text Centre – http://www.nzetc.org/tm/scholarly/tei-Pom01Lege-t1-body-d3-d3.html
  • The Māori as He was: A brief account of Māori life as it was in pre-european days, The Maui Myths – Auteur:Elsdon Best – Dominion Museum, 1934, Wellington – New Zealand Electronic Centre – http://www.nzetc.org/tm/scholarly/tei-BesMaor-c3-6.html
  • Māori Myths and Traditions – Te Ara Encyclopedia of New Zealand – http://www.teara.govt.nz/en/1966/Māori-myths-and-traditions/4
  • New Zealand, Some Māori Legends – http://www.janesoceania.com/newzealand_Māori_legends/
  • The Legends of New Zealand – http://www.newzealand.com/travel/about-nz/features/legend-of-maui/l
  • Māui (Māori mythology) – http://en.wikipedia.org/wiki/Māui

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *