Un Sanctuaire dédié à Mithra sur Angers

Les vestiges d’un sanctuaire datant de l’époque romaine et dédié à Mithra, dieu d’origine orientale, ont été découverts à Angers (Maine-et-Loire) lors de fouilles archéologiques préventives. Combattu par les chrétiens au IVème siècle, le mithraïsme s’est répandu dans l’Empire romain entre le Ier et le IIIème siècle de notre ère. Son dieu est Mithra, d’origine indo-iranienne, représenté à l’époque romaine en train d’égorger un taureau.

« Le mithriacisme est une religion monothéiste ramenée de Perse par les légionnaires romains », explique Jean Brodeur. Elle faisait concurrence au christianisme. Elle fut donc interdite en 392 dans l’empire romain, comme toutes les religions non chrétiennes. Et le temple d’Angers a été volontairement détruit, comme en témoignent des traces d’incendie (terre et morceaux de poutre brûlés) et la fragmentation de tous les objets de culte.

L’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) mène des fouilles sur le site de l’ancienne clinique Saint-Louis à Angers. C’est ainsi que des vestiges de trottoirs et de fossés, datant des dix premières années du 1er siècle, ont été mis au jour, attestant d’une occupation très ancienne de cette partie de la ville, sous le règne d’Auguste. Deux grandes demeures de la fin du Ier siècle, équipée d’un chauffage par le sol, ont aussi été découvertes. En effet, dès janvier, Jean Brodeur avait conclu à la présence de demeures gallo-romaine très importante sur ce site (lire Ouest-France 25/01/2010). Parmi les différents bâtiments, « le propriétaire a créé un sanctuaire à Mithra », constate-t-il. On voit très bien un terrain encavé avec, à l’entrée, des restes de colonnes qui étaient les socles de statues dont on a retrouvé des fragments.

Le bâtiment rectangulaire construit dès le début du IIIème siècle, abritait ce culte de Mithra. Des tambours de colonnes émergent dans ce qui était vraisemblablement une petite salle voûtée, comme tous les mithrœa, sanctuaires du mithraïsme. Les archéologues ont retrouvé un ex voto, un vase en céramique offert par un citoyen nommé Genialis et dédié à Mithra. « C’est le seul vase zoomorphe en Europe pour cette période ! », s’extasie Maxime Mortreau, céramologue. Une dédicace en grec fait aussi son bonheur : « C’est la seule connue au nord de la Loire ! ».

Dédicace au Dieu Mithra sur un vase produit à Lezoux au début du IIIème siècle

Seuls les hommes pouvaient être initiés aux mystères du mithraïsme. Le dieu Mithra plonge ses racines dans la littérature védique indienne, où Veda représente l’ordre cosmique tandis que Mitra représente l’ordre terrestre. Il signifie contrat ou ami (aspect conservé par le Mithra romain). Jusqu’à présent aucun mithrœum n’était connu dans l’ouest de la France. Des sanctuaires dédié à Mithra ont en revanche déjà été découverts à Bordeaux, Strasbourg, Biesheim et Septeuil en France, ainsi qu’à Ostie et Rome en Italie.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *