Vers une Rennaissance de l’Onmyodo

L‘Onmyôdô est une cosmologie ésotérique japonaise traditionnelle fortement inspiré de la plus vielle religion chinoise le Tao. Entre le 5ème et le 6ème siècles, les principes du Yin-Yang et des cinq éléments ont été transmis au Japon par la Péninsule coréenne en même temps que le Bouddhisme et le Confucianisme. De cet assimilation découlera la connaissance de l’Astronomie, du Calendrier et des pratiques divinatoires et magiques. Les Notions ésotériques et spirituelles du Tao subiront les influences du Bouddhisme japonais et du Shintoïsme pour former l’Onmyôdô actuel vers la fin du 7ème Siècle.

Les quatre animaux gardiens des quatre orients dans l’astrologie chinoise. Sì Shòu

Avec la mise en oeuvre des codes de loi du système Ritsuryo vers la fin 7ème siècle, les Onmyôji sont placés sous la juridiction du Bureau d’Onmyo-Ryô dans le Département Nakatsukasa de la bureaucratie Impériale. L’Onmyo-Ryô est responsable des observations astronomiques et de l’édition des calendriers. Le place libre laissée par la loi qui interdisait au clergé Bouddhique l’usage de l’Astrologie et la pratique de la Divination, l’Onmyo-Ryô devint le bureau divinatoire de la cour impériale.

A partir de la période Heian, les lois du Ritsuryo furent détendue quand la famille Fujiwara pris le pouvoir. Les pratiques ésotériques au sein de la cour impériale prirent une forme plus officielle, et certains rituels apparurent l’apaisement des âmes des morts (Goryo Shinko) et l’exorciste des fantômes néfastes (Onryo). Parce-que les Onmyoji utilisaient des techniques susceptibles d’éviter des catastrophes avec la divination et la magie, ils furent utilisé pour la protection et le conseil de l’Empereur lui-même et de la noblesse.

Le syncrétisme de l’Onmyodo lui a permis d’évoluer et d’intégrer des croyances et des connaissances occultes chinoises et indiennes sur le terreau déjà présent du Shintô et du Mikkyo. On peut citer le katatagae, monoimi, henbai et cérémonies Tao dédiés à des dieux comme Taizan Fukunsai. Des éléments du feng-shui, de la médecine jukondo et de l’astrologie indienne Sukuyodo ont aussi été incorporés. C’est ainsi que l’on dit que les Onmyoji pouvait invoquer et contrôler des esprits familiaux, les shikigami.

Au 10ème siècle, quand la cour impériale perdue de son influence sur l’état, l’Onmyôdô ne put que suivre et tomba en désuétude. Jusqu’au 19ème siècle, l’Onmyôdô était considéré comme une pratique superstitieuse de certains prêtres Shintô, et son étude interdite. Ces restrictions ont été levées en 2006 et n’importe qui peut étudier l’Onmyôdô au même titre que le Shintô ou le Butsudô.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *