La Sorcellerie en France, aujourd’hui…

Le mot Magie est un terme entouré d’ignorance, de préjugés et d’interprétations naïves. Du point de vue de l’histoire idéologique, la magie est l’une des deux façons possibles de se rapprocher de la divinité. En effet, la magie et tout ce qui en découle relève du domaine de l’ésotérisme. C’est à dire, la recherche du divin en nous « Esoterikos » et la transmission de la gnose de façon secrète aux adeptes. L’autre façon de trouver la divinité est dite exotérique, ce sont les religions qui s’adressent aux profanes. Dans lesquelles l’on se perçoit soi-même comme étant dépendant des forces qui détermine notre destin.

La Magie est la Connaissance la plus Haute, la plus Absolue et la plus Divine de la Philosophie Naturelle, développée dans ses œuvres et opérations merveilleuses par une juste compréhension de la vertu occulte et intérieure des choses ; de sorte qu’en appliquant les Agents corrects aux Patients adéquats, des résultats étranges et admirables seront produits. D’où le fait que les magiciens sont des chercheurs profonds et diligents de la Nature ; ils savent, grâce à leur talent, comment escompter un résultat, lequel semble être un miracle aux yeux du vulgaire. Le Roi Salomon – Goetia

La définition de la magie qui est le plus généralement acceptée par les magiciens modernes, provient d’Aleister Crowley (1875-1947) :

La magie est l’art et la science de causer des changements en accord avec la volonté.

Le mot « magie » tire ses racines du mot grec « megas » signifiant « grand » et qui réfère à la « grande science » ou « grand travail », l’art et la science d’œuvrer avec le transcendantal. La signification de ce mot peut aussi être associée avec les anciens Zoroastristes perses. Le mot « magus » pouvant être défini comme « magicien » était le nom de leurs prêtres. Le mot magie est aussi relié à différents mots signifiant « force » (ainsi que « grand » et « grande force »), comme le mot « magnétisme ». La magie est une philosophie pratique mettant l’accent sur la puissance de la volonté et ses possibilités d’influence sur sa propre existence.

La Sorcellerie désigne souvent la pratique d’une certaine forme de magie, souvent considérée comme la plus inférieure, et dans laquelle le sorcier établit une communication avec des « entités » de caractère démoniaque. Selon les cultures, la sorcellerie fut considérée avec des degrés variables de soupçon voire d’hostilité, parfois avec ambivalence, n’étant intrinsèquement ni bonne ni mauvaise. Certaines doctrines religieuses considèrent toute forme de magie comme de la sorcellerie, la proscrivent ou la placent au rang de la superstition. Elles opposent le caractère sacré de leurs propres rituels aux pratiques de la sorcellerie.

Ce terme est également employé de façon péjorative en référence à la pratique de la magie. La sorcellerie est alors, dans cette acception, l’accusation portée à l’encontre de ceux qui utilisent des moyens surnaturels pour un usage réprouvé par une majorité de la société. Les croyances en ce type de praticiens de la magie se sont rencontrées dans la plupart des sociétés humaines. De telles accusations ont parfois mené à des chasses aux sorcières.Dans d’autres sociétés, les chamans ou les griots étaient non seulement bien acceptés en tant que praticiens des rituels traditionnels et d’intercesseurs avec les forces et les énergies de l’invisible, mais respectées, parfois craints, et souvent placés en positions socialement dominantes.

Il n’y a de sorcellerie  que là où l’on y croit, n’y croyez plus et il n’y en aura plus. Balthasar Bekker

Une dagyde de cire

La croyance en la Magie et le recours à la Sorcellerie sont largement répandus en France et ce depuis toujours. Malgré les avancées fulgurantes des Sciences Physiques et Logiques, notre monde moderne se tourne de plus en plus vers le New Age et tout ce qui le compose à tort ou à raison : Médecines douces, Magie, Spiritisme, Voyance, Sorcellerie etc… Comme ci les Sciences et les Religions n’arrivaient plus à combler ce vide mystique en l’Homme, peut être est-ce du la désacralisation et au mépris de notre Mère-Nature.

Dominique Camus, sociologue, ethnologue et auteur prolifique, étudie le sujet depuis plus de 20 ans. Il affirme qu’on trouve en Compagne quatre ou cinq sorciers par cantons contre le double en Ville ce qui marrait contraire aux idées reçues. Et pourtant, il suffit de voir la vague de Marabouts africains qui déferlent sur nos villes depuis 1980.

Cette présence des marabouts en France est un phénomène typiquement urbain, et c’est dans la région parisienne qu’ils sont le plus représentés. Ils logent pour la plupart dans les arrondissements situés au nord et à l’est de la capitale contrairement aux voyants français, auxquels les marabouts sont statutairement assimilés, qui sont domiciliés dans le centre et les arrondissements plus « chics ».

Dans son dernier livre « La Sorcellerie en France aujourd’hui » aux éditions Ouest-France ; le Docteur Camus expose les points-clés nécessaires à la connaissance de ce phénomène qui fait l’objet, selon lui, de préjugés et d’amalgames. Ainsi, explique-t-il, les sorciers se distinguent des médiums et des voyants qui n’ont que des pouvoirs « d’interprétation » alors qu’un sorcier doit posséder des pouvoirs « d’intervention » sur les hommes, les animaux et les objets, décrit-il. Ces pouvoirs, poursuit-il, se caractérisent aussi par leur réversibilité : « le sorcier peut détraquer des objets et les réparer, rendre malade, mais aussi soigner… ».

Quant à la réalité de la sorcellerie, outre les multiples expériences dont il a été témoin et rapporteur, Mr Camus, qui ne prend pas parti, constate que « les êtres humains ne se transmettent pas pendant des milliers d’années des pratiques qui n’ont aucune utilité ». Il refuse l’idée qui fait du sorcier un « charlatan » et de ses clients, des « ignorants superstitieux » rappelant que ces phénomènes s’expliquent sur fond de détresse humaine, physique et morale…

Pour continuer sur le thème des sondages, je vous encourage à donner votre avis et éventuellement à répondre à notre nouveau sondage en page d’accueil.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *